« Tentative d’assassinat » au Campus Universitaire de Dakar : Cri du Cœur du M.E.E.L

Les étudiants sénégalais grèventLes étudiants sénégalais grèvent

Ads

Partagez!

Comme à l’accoutumée, le régime de Macky Sall a encore usé de la violence délibérée pour mâter les étudiants.

Le Mouvement des Élèves et Etudiants Libéraux (M.E.E.L) est profondément outré de l’attitude irresponsable des autorités étatiques qui optent délibérément de faire fi des préoccupations des étudiants pour user des moyens répressifs.

Au regard des violentes répressions policières dont les étudiants de l’UCAD font l’objet ces derniers jours au sein du campus universitaire suite à la réclamation, et à juste raison d’ailleurs, du paiement de leurs bourses, le peuple est encore témoin du degré de mépris exceptionnel que ce régime nourrit à l’endroit de ses concitoyens.

« En effet, nous estimons qu’ il n’est pas plus noble pour un étudiant, afin de mieux répondre aux exigences des études de qualité, que d’attendre de l’Etat un minimum exigible et nécessaire à savoir le paiement de sa bourse. La violente répression qui a occasionné des dégâts collatéraux et a failli emporter des vies humaines est tout simplement incompréhensive, insoutenable, intolérable et condamnable. En choisissant de viser intentionnellement et volontairement une chambre où des étudiantes étaient présentes, avec du gaz lacrymogène, les policiers ont commis un acte volontaire d’assassinat », expliquent les étudiants libéraux à travers un communiqué que nous avons reçu.

Le MEEL exige à ce que le procureur s’autosaisisse et ouvre une enquête pour tentative d’assassinat.  « Les forces de l’ordre (du désordre devrait-on dire) ont franchi une nouvelle fois le rubicond en violant une énième fois les dispositions pertinentes des franchises Universitaires », disent-ils. Ce faisant, les étudiants libéraux tiennent à alerter l’opinion nationale et internationale par rapport au comportement « je m’en foutiste » caractérisé du gouvernement sur cette question et entendons mener une lutte âpre pour que leurs camarades puissent voir leurs droits rétablis.

A l’heure où les étudiants s’interrogent toujours avec acuité sur le sort réservé au dossier de Bassirou FAYE (étudiant tué un certain mois d’Aout 2014 au campus universitaire), dont les tenants et aboutissants demeurent toujours dans les ténèbres de l’indécision politico-juridique, le ministre de l’enseignement supérieur Marie Teuw Niane et son président n’ont rien trouvé de mieux que d’émouvoir tristement le peuple sénégalais. « Trop c’est Trop !!! », ont soutenu les étudiants libéraux.

En conséquence, ils lancent un appel fraternel et agissant à l’ensemble des couches estudiantines de quelque bord que ce soit pour une matrice d’actions à définir de commun accord afin d’abréger le sort triste réservé aux étudiants, et de façon générale aux sénégalais.

« Nous devons aller dans le sens de réclamer plus de justice et d’attention à l’endroit des étudiants, et, au-delà, réclamer à ce que tout citoyen non détenteur de sa carte d’identité biométrique puisse le faire », poursuivent-ils. Selon eux, le principal enseignement à tirer de cette situation tendue dans le pays où tous les syndicats sont en ordre de bataille, est la crise au sommet de l’Etat et la tension de trésorerie révélée en son temps par le président Abdoulaye WADE.

« En effet, les caisses de l’Etat ne permettent pas de payer correctement les salaires et autres engagements et nous en voulons pour preuve la récente ponction des salaires des enseignants », ont-ils aussi dénoncé.

LIRE AUSSI  Guinée : Alpha Condé s’adresse à la nation

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire