TRIBUNE : Pourquoi les panthères ne gagneront pas au Cameroun la CAN 2019

Les panthères du GabonLes panthères du Gabon

Annonces

Partagez!

Le Gabon ne gagnera pas à la Coupe d’Afrique des Nations qui aura lieu au Cameroun l’année prochaine. Bien qu’ils aient toutes les chances de s’y qualifier, la probabilité pour que les panthères du Gabon gagnent cette coupe d’Afrique des nations est nulle.

Soyons réaliste. Il ne s’agit nullement de chercher à rabaisser les panthères. Ni même le tout nouvel entraîneur. Mais en l’état actuel qu’est ce qui pourrait permettre de penser un seul instant, que le Gabon pourrait gagner cette coupe ? Faut-il être chauvin à tout prix ? Oui quand cela en vaut la peine.

Il est permis de rêver ou de même d’avoir de l’espoir. Mais pour quelle issue ? Le football gabonais est mort. Le championnat national n’existe plus. De plus, la qualité et l’expérience des joueurs n’outrepassent en rien celle des autres équipes africaines. Mieux classées. Plus ambitieuses. Faut-il vous rappeler que le Gabon n’a pas passé les huitièmes de final lors de la dernière CAN? A domicile! A domicile …

 

Les quelques exploits des deux derniers matches ne sont pas le résultat d’une meilleure qualité de jeu. Mais au contraire, uniquement le constat de la faiblesse catastrophique de l’équipe adverse. Le Soudan du Sud est classé 156ème mondial selon la FIFA!

Papa Pierre François Aubameyang ne le savait que trop bien. Et c’est la raison pour laquelle il a décliné l’offre. Il ne voulait pas devenir le symbole de l’entraîneur gabonais qui n’aura rien réussi à faire. Et son fils, aura bien fait de l’en éloigner. Et lui même de prendre la poudre d’escampette. Surtout qu’il n’a aucune réelle attache avec le Gabon!

Oui, la médiocrité de notre football restera tel quel. Dans cet immobilisme, aucun miracle. Daniel Cousin n’y ait pour rien. Il semble avoir les talents d’un bon entraîneur de calibre international. Mais il aura beau y mettre toute la volonté du monde, le miracle ne pourra se faire dans ces conditions. Et surtout pas tant que les institutions qui le dirigent, n’auront pas évolué. Changé. Le ministre Billy Bi Nzé en a conscience. Mais il semble lui aussi pris au piège des institutions. Dans l’immobilisme.

« On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-même. » Andy Warhol

Les déclarations du ministre des sports ce samedi en disent long. Déjà, en août dernier, il affirmait que « le sport gabonais était malade ». Mettant en cause certains entraîneurs sportifs. La réunion qui a eu lieu samedi dernier en présence de la FEGAFOOT et du FNDS avait pour objectif d’aplanir les tensions. Entre deux administrations qui se regardent en chien de faïence. Elle a aussi permis au ministre de réaffirmer sa volonté de mettre au diapason les joueurs de l’équipe nationale. La dessus, on peut en tirer trois points principaux. Ils devront très certainement figurer dans la charte de l’équipe nationale gabonaise. Que les joueurs devront signer.

  • Tout d’abord, le changement de mentalité. La patrie au dessus de tout. Réaliser la chance et la fierté de représenter son pays à l’étranger dans une compétition de calibre international. Seuls quelques joueurs ont cela à cœur. Car lorsque vous jouez à l’étranger, c’est 1,8 millions de gabonais que vous représentez. Ce sont les 9 provinces qui sont unies en vous! Et autant de langues et dialectes. Vous avez le poids du peuple gabonais sur les épaules. Et même celui de tous nos ancêtres ! Ce n’est pas rien.
  • Ensuite, la volonté de gagner à tout prix. Sans chercher à se préserver, de peur de se blesser. Vos jambes valent de l’or. Certes. Mais vous devez tout donner pour votre équipe. Pour le Gabon. Pour la victoire. Vous n’avez pas le droit de vous reposer lorsque vous êtes sur le terrain.
  • Enfin, le respect de votre Nation. Votre pays. Si vous en avez un autre, restez là bas. Mais ne nous déshonorez pas! Vos caprices de star, faîtes les en Club. Ne tentez pas de nous prendre en otage. La nation est plus forte que vous. Nous vous jugerons.

Oui, nous avons le droit de vous demander des comptes. Mais aussi à tous ceux qui vous entourent. Et qui gèrent avec vous le football gabonais. Aucune vérité n’échappe au temps. Et justice sera faite, si détournement il y a eu. Et ceux qui sont impliqués, rendront les comptes qu’il faut.

LIRE AUSSI : Gabon : « voila comment ils surfacturaient les avions des panthères »

Alors les panthères, montrez aux gabonais, que vous méritez qu’ils mettent encore de l’espoir en vous. Et que vous avez encore votre place en sélection ! Car rien n’est éternel. Il sera désormais facile de vous dire de nous laisser. Et de rester dans votre Club. « votre vraie Chez Vous?« 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Be the first to comment on "TRIBUNE : Pourquoi les panthères ne gagneront pas au Cameroun la CAN 2019"

Laisser un commentaire