Gabon : « voila comment ils surfacturaient les avions des panthères »

Annonces

Partagez!

Suite à la déferlante qui a eu lieu sur les réseaux sociaux concernant l’affrètement de l’avion des panthères, nous vous livrons aujourd’hui les détails croustillants du processus de détournement mis en place. Qui mange quoi ? Et combien pour chaque avion affrété au nom des panthères du Gabon. Nous avons récolté deux témoignages édifiants.

20 millions de francs CFA l’heure de vol !

On parle de sommes astronomiques. Près de 120 millions de francs CFA à chaque déplacement. Notre témoin nous donne l’exemple d’un vol aller retour des panthères contre la Côte d’Ivoire début septembre 2017. « Libreville – Abidjan – Libreville, c’est facturé 94 millions FCFA.« , pour 4h30 de vol au total. Soit 20 millions de francs par heure de vol pour 40 passagers. Selon les experts de l’aviation civile, le taux horaire pour ce type d’avion, oscille entre 8 et 10 millions de francs CFA maximum!

Il ne nous aura pas fallu longtemps pour faire le lien entre chaque maillon de la chaîne impliqué dans ce réseau mafieux. De la FEGAFOOT, en passant par le ministère des sports, l’agence de voyage CONNECT SERVICES, 3 personnes identifiées « mangeaient » dans le business d’affrètement d’avions pour les panthères. Joël Serges Ahmed Mombo, intendant des panthères, est cité.

L’agence redistribuait les commissions

C’est l’agitation autour de l’affrètement du dernier vol des panthères qui nous a mis la puce à l’oreille. On voulait savoir ce qui avait changé. Et ce sont bien les appels d’offre lancés par le FNDS pour baisser le coût du transport aérien des panthères, qui agitent la FEGAFOOT. Deux témoignages édifiants permettent de comprendre la mécanique. Le premier provient de l’entourage de l’ex Directrice Générale du Fonds du Sport. Le second, d’un employé de l’une des agences de voyage utilisée pour effectuer la facturation. Située dans l’immeuble Altega au centre ville de la capitale (Libreville). La peur que les services de l’opération Mamba ne s’en prennent à eux, semble les avoir poussé à répondre à nos questions. Car l’affaire est devenue publique. Et a été médiatisée par la presse sportive nationale et internationale.

LIRE AUSSI : Pierre-E. Aubameyang : »vous n’avez même pas eu l’accord de mon père

D’après les témoignages, un système de prédation a été mis en place depuis sept ans. Il permettait de surfacturer chaque déplacement des panthères à l’étranger. Pour ce faire, une agence de voyage complice devait être identifiée. Son rôle : établir une facture, d’un montant de 50 millions de francs CFA supérieur au taux de base. Cette facture, présentée par la FEGAFOOT au FNDS, était payée. Par la suite, l’agence s’arrangeait pour que les commissions soient reversées. A qui exactement ? Joël Serges Ahmed Mombo et certains autres membres de la Fédération, dont le Président Pierre-Alain Mouguengui sont pointés du doigt.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Laisser un commentaire