John Fru Ndi : « Paul Biya doit être traduit devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité »

Paul Biya
Partagez!

L’opposant dénonce l’attitude du Chef de l’Etat camerounais face à la crise qui secoue les régions anglophones du Cameroun.

« Quand les jeunes ont voulu descendre dans les rues, je leur ai donné ma bénédiction. J’avais vu les choses arriver. On pouvait les éviter. Souvenez-vous, j’ai supplié Paul Biya. Au palais d’Etoudi, en février, lorsque Paul Biya m’a salué, j’ai tiré sa main vers moi. Je lui ai parlé : « Monsieur le Président, si tu peux payer de l’argent, faire libérer les otages et négocier avec Boko Haram, tu peux aussi pardonner ton propre peuple. » Mais il ne m’a pas écouté. Au lieu de cela, j’ai été accusé de vouloir empêcher que les « criminels » [anglophones] qu’ils avaient arrêtés soient jugés » a dit  John Fru Ndi.

C’est un opposant respecté originaire de Bamenda. Il accuse le régime de Yaoundé de n’avoir pas su répondre au malaise des anglophones. Il l’a dit dans les colonnes du monde. « Vous avez vu ce qui est arrivé hier [ Dans tous les coins qu’ils pensaient inaccessibles, les jeunes ont commencé à marcher, même dans le village du ministre Elvis Ngolle Ngolle. Les gens n’avaient plus peur. Vous croyez que j’en suis heureux ? Non, et Monsieur Biya est la seule cause de tout ça » ajoute t-il.

Selon lui, au  moment où les anglophones descendaient dans les rues, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti au pouvoir, organisait des marches dans huit des dix régions du Cameroun pour vanter l’unité et la paix… « Voilà ce qui arrive dans mon pays et je condamne l’idée que des membres du bureau