Cameroun: Le patron du CNC accusé de diffamation et d’abus de fonction

Annonces

Partagez!

Le président du Conseil national de la communication, Peter Essoka a été condamné jeudi à 6 mois de prison avec sursis pendant trois ans par le Tribunal de première instance de Yaoundé.

Le président du Conseil national de la communication (CNC), l’organe de régulation des médias, était à la barre jeudi dans l’affaire qui l’oppose au président directeur général  du groupe de médias l’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga.

Le tribunal de première instance de Yaoundé l’a condamné à 6 mois de prison avec sursis pendant trois ans pour « diffamation et abus de fonction ».

Il devra également verser à la justice une amende de 50000 envers la justice, et verser 10 millions de dommage et intérêts pour préjudice moral causé au Pdg du groupe l’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga et trois de ses journalistes.

Le patron de l’organe de régulation des médias du Cameroun a déjà écopé d’une peine de deux mois de prison avec sursis toujours pour « abus de fonction », après avoir suspendus la télévision Vision 4 et trois de ses journalistes dans le cadre de l’émission « Tour d’Horizon ».

Peter Essoka est condamné pour ses propos diffamatoires envers la chaîne de télévision privée Vision 4 sur les ondes de RFI.

En effet il y a un an, Peter Essoka avait déclaré sur l’antenne de RFI que Vision 4 est une télévision milles collines. Par ces déclarations, le président du CNC comparait cette chaîne de télévision privée à la radio rwandaise Milles collines qui véhiculait avant le génocide les messages de haine.

Comme pour dire que cette télévision diffusait les messages de haine et de division, une chose qui est tout à fait fausse.

Ainsi, le patron de ce consortium de média avait alors engagé des poursuites judiciaires contre lui.

LIRE AUSSI  Cameroun : Le «.cm » désormais à 7000 Fcfa

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire