Disparition d’un Tanker au Golf de Guinée : Le Gabon n’est impliqué ni de près ni de loin

La capitainerie de l'OPRAG à OwendoLa capitainerie de l'OPRAG à Owendo

Ads

Partagez!

Considérant la position de disparition du navire hors des limites gabonaises, la responsabilité ne relève ni de la compétence des autorités gabonaises ni de l’autorité portuaire qui se limite à sa circonscription d’opérations maritimes et portuaires.

Cette conclusion est de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG) qui l’a fait savoir à travers un rapport, mettant ainsi fin à la polémique qui commençait à enfler.

Une nouvelle faisant état de la disparition d’un Tanker dans les eaux gabonaises avec à son bord 17 marins, des ressortissants de Géorgie, s’est ébruitée depuis le 14 août dernier enflammant du coup la toile.  Toute une valse de supputations s’est emparée de l’opinion, chacun y allant de son commentaire.

Voici plus d’une semaine maintenant que personne ne sait avec précision la destination qu’aurait prise ce tanker.

Dans le souci de rétablir les choses et fixer l’opinion, l’Office gabonais des ports et rades du Gabon (OPRAG) a donné certaines précisions à travers un rapport dont une copie est parvenue à notre rédaction.

« A la conférence portuaire du 13 août 2018, le consignataire LSG a annoncé une prévision d’arrivée de son navire M/T PANTELENA pour le 14 août 2018 à 3 heures du matin et un accostage avec le pilote de service pour 7 heures 45 », peut-on lire dans le rapport que la capitainerie fait au commandant du Port d’Owendo.

Avant que n’intervienne l’arrivée annoncée pour le lendemain, le même 13 août à 13h30, il s’est produit un incident au sujet duquel le chef de service des opérations maritimes, Honorat Opape Ambouroue, par ailleurs le rédacteur du rapport, a été saisi.

Extrait : « Le consignataire me signale que le navire aurait reçu un message de détresse de la part d’un autre navire environnant… », précise-t-il.

Par souci de vérification de l’information reçue, ce dernier a immédiatement procédé aux observations d’usage sans rien apercevoir.

Sur ces entrefaites, il (Honorat Opape Ambouroue) va saisir et mettre à contribution la marine nationale gabonaise par téléphone en communiquant la position du tanker pour avis.

La réaction de la marine nationale gabonaise ne s’est pas faite attendre.

« A 14h30, la marine nationale va me commander de demander au navire d’ignorer ce message de détresse et continuer sa route, car ils n’observent aucune situation de détresse dans la zone », précise le chef de service des opérations maritimes dans son rapport.

La suite ?  Le 14 août, jour d’arrivée annoncé, « l’agent m’informe que le navire n’est jamais arrivé et qu’ils auraient perdu tout contact avec le navire », poursuit le rapport.

Après lecture et confrontation de toutes les analyses faites avec la collaboration de la marine nationale, le rapport est sans ambiguïté : « Il est évident que le M/T PANTELENA qui a soudainement disparu à 33,336 km hors des eaux territoriales gabonaises, n’a jamais séjourné ou même contacté la Capitainerie du port d’Owendo pour son mouillage ».

En conséquence de quoi : « considérant la position de disparition du navire hors des limites gabonaises, cela ne dépend pas de la compétence des autorités gabonaises, et non plus de l’autorité portuaire qui se limite à sa circonscription d’opérations maritimes et portuaires », conclut le rapport.

LIRE AUSSI  Golf de Guinée : Un pétrolier grec porté disparu

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire