Gabon : D’une Assemblée mono à une Assemblée multicolore

Les députés à l'assemblée nationaleLes députés à l'assemblée nationale

Annonces

Partagez!

De par la spécificité des diverses forces qui la composeront, la 13ème législature présente une mouture multicolore à tous points de vue qui la différencie de la 12ème législature qui était fortement monocolore.

De 143 députés attendus à l’Assemblée nationale conformément au nouveau découpage électoral, 142 sont « presque » déjà connus sous réserve du contentieux électoral qui s’ouvre devant la Cour constitutionnelle.

Un siège, celui du canton Ellelem, dans le département du Woleu, où il reste un second tour attend son élu.

Au soir du second tour des législatives du 27 octobre dernier, la question qui taraude toute l’opinion est celle de savoir de quelles couleurs la prochaine législature sera-t-elle teintée. Autrement dit, quelle sera la configuration de la prochaine Assemblée nationale ?

Une Assemblée en mosaïque

Visite des résultats tels que publiés à ce sujet. PDG (98), LD(11), Indépendants (8élus), RV (6 députés), SDG (5 élus), RHM (4 députés), PSD (2 élus), UN (2députés). Le CLR, DN, FER, RV-PDG, UDIS-PDG, UPNR s’en sortent avec 1 seul député.

Comme cela apparait clairement, outre les Indépendants, la 13ème législature comptera dans ses rangs plus d’une dizaine de formations politiques.

Lesquelles peuvent se repartir en trois principales obédiences, à savoir, la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence (MRSE), l’Opposition républicaine donc modérée, la Coalition pour la Nouvelle République (CNR) autour de laquelle se cristallise l’Opposition dite radicale auxquelles il faut ajouter une formation du Centre ainsi que quelques personnalités indépendantes.

Dans sa galaxie de la majorité républicaine, le PDG voit graviter des partis comme le CLR, l’UDIS et le RV. DN, UPNR, PSD et FER se reconnaissent membres de l’Opposition républicaine et donc modérée. Alors que Les Démocrates (LD), le Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) et l’Union nationale (UN) roulent pour le compte de l’Opposition radicale.

S’enrichir par d’autres sons de cloche

Seul le SDG fait figure d’un parti du Centre. A ces députés évoluant sous la bannière des différentes formations politiques, vient se greffer une belle brochette des personnalités ayant évolué sous l’étiquette « d’Indépendants ».

Parmi les particularités à signaler dans la configuration de cette législature, il y a lieu de noter une percée appréciable de jeunes, de femmes et aussi du retour à l’Assemblée nationale de 5 députés qui y avaient déjà séjourné pour le compte du Parti démocratique gabonais avant d’enfiler la veste de l’opposition.

Certes à forte configuration multicolore au vu de la diversité des acteurs qui vont la composer, l’on ne devrait toutefois pas s’attendre à voir l’action de la Chambre basse être fortement impactée par la colonie de députés de l’opposition en raison de leur faible représentativité.

Du moins, sauront-ils se contenter de joueur leur partition à fond en faisant entendre des sons discordants, histoire d’effacer la réputation de caisse de resonance qui a caractérisé la précédente législature par l’absence de débats constructifs.

LIRE AUSSI  Législatives au Gabon: Ndong Ekomi renverse Alexandre Barro Chambrier

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Tambwe
Willy Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*