Gabon / Eau et Energie : L’accord transactionnel en mains, Tony Ondo Mba promet le meilleur aux Gabonais

Emmanuel Tony Ondo Mba, ministre de l'énergieEmmanuel Tony Ondo Mba, ministre de l'énergie

Annonces

Partagez!

Les interrogations qu’occasionne le rachat par l’Etat des parts de Veolia (51% ) sont à la hauteur de l’agitation qui avait prévalu lors de la réquisition de la Société d’Energie et d’eau du Gabon (SEEG), le 16 février 2018, par le gouvernement gabonais. Levée d’un coin de voile sur la fin de ce feuilleton par le nouveau patron du secteur, Emmanuel Tony Tony Ondo Mba.

C’est avec les oreilles debout que les populations attendaient la fin du litige entre le groupe français Veolia, qui avait porté le différend devant le Centre international pour le  règlement  des différends relatifs aux investissements (CIRDI) contre l’Etat gabonais.

 Un an après, soit le 18 février 2019, le patron en charge de l’Eau et de l’Energie, l’Etat et Veolia sont parvenus à un protocole d’accord transactionnel qui prévoit le transfert de 51% des actions de la SEEG, détenues par Veolia Africa à la Société du patrimoine du service public de l’eau potable, de l’énergie électrique et de l’assainissement.

Face à des nombreuses interrogations qui fusent pour en savoir davantage au sujet du montant de rachat des 51 % des parts de Veolia, la réponse du ministre Emmanuel Tony Ondo Mba  coule des sources.

Pour lui, « Les conditions de la négociation sont couvertes par le sceau de la confidentialité comme cela est de règle en pareil cas ».

Avant d’ajouter que « le coût de rachat fait également partie des clauses de la confidentialité de l’accord transactionnel ». Toutefois, selon certaines indiscrétions, tout en veillant à l’équilibre des finances publiques, le montant de la transaction avoisinerait la barre de 30 milliards de francs  CFA.

Pour le nouveau patron, il n’y avait pas belle manière d’entamer ses charges à la tête de ce secteur, tant la signature de cet accord à l’amiable constitue un point positif majeur.

Avec pour effet conséquent que « les parties renoncent de façon définitive et irrévocable, à toutes les prétentions entre elles, notamment, à poursuivre la procédure pendante devant le CIRDI, sous réserve bien entendu, de l’application effective des dispositions de cet accord », précise-t-on du côté du ministère.

S’agissant du modèle économique de gestion qui sera mis en place, dans le souci d’éloigner toutes les plaintes des  usagers du service public qui ont duré presque les 20 ans de la concession, les pouvoirs publics ne souhaitent nullement aller vite en besogne.

Le patron du secteur rassure quant à la volonté de l’Etat à opter, in fine,  en faveur du modèle économique permettant de répondre au mieux aux attentes des populations.

Aussi, Emmanuel Tony Ondo Mba promet-il que toutes les options sont sur la table et qu’aucune d’entre les pistes ne sera écartée d’emblée.

Pour ce qui de l’administration de la société durant la période transitoire, pas d’inquiétude à se faire. La SEEG reste une société anonyme de droit privé, régie par les dispositions de l’Ohada.

A ce titre, « Elle dispose d’un conseil d’administration qui définit les orientations stratégiques de la société et d’une direction générale chargée de la mise en œuvre des orientations arrêtées par le conseil d’administration », a souligné le nouveau patron.

Avant de révéler son crédo, à savoir « L’Etat veillera à ce que les règles de bonne gouvernance soient appliquées, et que l’intérêt général soit préservé ».

LIRE AUSSI SEEG : La Banque mondiale au secours du Gabon

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Gabon / Eau et Energie : L’accord transactionnel en mains, Tony Ondo Mba promet le meilleur aux Gabonais"

Laisser un commentaire