10 années d’échecs dans le football gabonais

Pierre-Alain MounguenguiPierre-Alain Mounguengui

Annonces

Partagez!

Le football gabonais n’a rien produit de bon depuis 2008. Malgré ses atouts, les panthères ont lavé les espoirs d’une qualification à la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Les fans des panthères du Gabon sont à bout. Déception après déception, beaucoup en veulent à mort à leur équipe. Sur les réseaux sociaux, ils la jugent trop gâtée, et peu productive.

Car cela fait 10 ans que le Gabon ne s’est pas qualifié à une coupe d’Afrique des Nations! Certes le pays a participé aux phases de la CAN2013 et CAN2017. Mais c’est uniquement parce qu’il en était l’organisateur.

Des atouts inexploités : PEA, des milliards, et des infrastructures

Pourtant le Gabon dispose de trois énormes atouts : tout d’abord, d’un joueur hors pair, Pierre Emerick Aubameyang. Jamais le Gabon n’aura eu dans l’histoire de son équipe un joueur de ce niveau. Sa carrière est brillante en Europe. Mais son talent en sélection nationale est loin de donner des résultats. La magie n’opère pas. Ses détracteurs lui reprochent de ne pas mouiller le maillot pour son pays. Ou d’être un enfant gâté.

Le second atout, est l’amour du Président de la République pour le Football. Aucun pays d’Afrique centrale n’aura mis à disposition autant d’argent pour sa fédération de football en 10 ans. On parle ici de plus de 60 milliards de francs CFA. De plus, les entraîneurs des panthères font partie des mieux payés d’Afrique. Près de 30 millions de francs par mois!

Le troisième atout, concerne les infrastructures sportives disponibles. Héritées de l’organisation de plusieurs Coupe d’Afrique des Nations, le Gabon a la capacité de mettre en place des championnats nationaux de qualité. Mais ces derniers sont moribondes. Selon les confidences d’un spécialiste, beaucoup d’équipes sont créées sur le papier pour encaisser les CFA de la FEGAFOOT.

L’échec de la FEGAFOOT ou du ministère ?

La FEGAFOOT est l’organe qui a la responsabilité de la gestion de l’équipe nationale. A sa tête depuis 10 ans, un certain Pierre-Alain Mouguengui. Âgé de 61 ans et ancien arbitre gabonais, M. Mouguengui a réussi à s’imposer à la dernière élection pour la présidence de la Fédération Gabonaise de Football.

Même le puissant ministère des sports s’avoue impuissant. C’est le principe du sport : la politique ne peut pas s’immiscer.

Pourtant, à plusieurs reprises le ministre Alain-Claude Bilie By Nze, avait annoncé prendre des mesures avec la FEGAFOOT afin de moraliser le sport roi gabonais.

L’incapacité du Gabon à se qualifier pour la CAN 2019 traduit une fois de plus, le résultat d’une gestion désastreuse du football : pas de championnat national, pas de centre de formation adéquat, enrichissement illicite, et aucune mesure des résultats. A quand des sanctions ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Ovouna
“Un journaliste est d'abord un homme qui réussit à se faire lire.”

1 Comment on "10 années d’échecs dans le football gabonais"

  1. « L’incapacité du Gabon à se qualifier pour la CAN 2019, le résultat d’une gestion désastreuse du football : pas de championnat national, pas de centre formation adéquat, enrichissement illicite, et aucune mesure des résultats » Africtelegraph vous avez trouvez les maux qui minent le foot gabonais. Alors, ce qu’il faut faire c’est d’abord tout arrêté et mettre en place une véritable politique sportive ou une task force de sport tel est mot en vogue des émergents ajeviens.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Can 2019: Seedorf tient parole.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher