Gabon : Enquête sur les viols et attouchements sexuels des footballeuses

Ads

Partagez!

Le ministre des Sports, Alain Claude Bilié By Nzé, a ouvert une enquête interne et saisi le procureur de la République Olivier N’zaou.

Une enquête est ouverte pour déterminer les présumés délinquants sur les filles de l’équipe nationale féminine de football des moins de 20 ans du Gabon, qui auraient subi des harcèlements, des viols et des attouchements sexuels

Le ministre gabonais des Sports Alain Claude Bilié By Nzé, a tapé du poing surla table et saisi le procureur de la République après des informations présentées comme des témoignages de filles sélectionnées en équipe nationale féminine de football de moins de 20 ans.

Ces dernières ont participé au Tournoi Sud Ladies Cup de Marseille et ont fait l’objet de maltraitances, de harcèlement sexuel, d’attouchements et de viols qu’elles auraient subies de la part de certains membres de l’encadrement technique et administratif de l’équipe.

Dans un communiqué publié ce 24 mai 2019, le ministre gabonais des Sports, Alain-Claude Bilié By Ndzié,  regard de la gravité de la « gravité des faits allégués vient de me conduire à saisir la FEGAFOOT (Fédération gabonaise de football), pour une enquête interne s’agissant des aspects administratifs ».

Alain Claude a déclaré qu’il n’a pas hésité à « saisir le Procureur de la République pour l’ouverture d’une enquête qui pouffait aboutir, si les faits étaient établis, à des poursuites judiciaires contre les auteurs présumés. Nous avons pris l’engagement d’apporter des réformes dans le sport, afin qu’il demeure facteur d’épanouissement, de cohésion et d’unité de la Nation ».

Selon le journaliste gabonais Freddhy Koula, collaborateur à Radio France Internationale (RFI), arrivées à Libreville mercredi 22 mai, les jeunes filles « qui ont des parents à Libreville sont rentrées chez elles. Celles qui sont censées repartir en province ont reçu 25 000 FCFA du chargé de délégation, Ahmed Mombo (ancien intendant des Panthères), comme billet retour ».

Le journaliste qui a enquêté ajoute qu’elles sont « logées dans un motel, à proximité du siège de la fédération (en face de la gare d’Owendo). Dans ce motel (sans draps, matelas au sol), elles doivent se débrouiller à manger ». Une joueuse en pleurs, raconte son cauchemar. « On a dû aller chercher des matelas à la fédération, et s’entasser dans une chambre à plusieurs ». 

Dépassées par la situation, elles ont fait un sit-in jeudi 23 mai 2019, à la FEGAFOOT, le président Pierre Alain Mounguengui a fini par les rencontrer en fin de journée. Elles racontent à Freddhy Koula que Pierre Alain Mounguengui « nous a remis 60 000 (soixante milles) pour manger, et prendre le taxi. Et nous a dit qu’il trouvera une solution. Sauf que certaines d’entre-nous passent des examens et nos parents espèrent nous voir rentrer avec quelques choses dans les poches ».

« On se sent abandonnées. Nos téléphones et passeports étaient confisqués, on n’avait pas le droit de parler à nos parents, ni recevoir de la visite. On nous insultait, nous traitait de tous les noms ». 

Une autre footballeuse a avoué des abus sexuels sur des mineures. « Certains dirigeants ont couché avec des filles. D’autres se sont faits tripoter».

Au cas toutes ces violations aux bonnes mœurs se révèlent vraies, Alain-Claude Bilié By Nzié a déclaré que la  « loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur ».

LIRE AUSSI 10 années d’échecs dans le football gabonais

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Paulin EBO
Paulin Ebo est un journaliste sportif gabonais. Il possède une dizaine d'années d'expérience. Après ses études à l'université Omar Bongo, il a travaillé pour plusieurs médias locaux.

Be the first to comment on "Gabon : Enquête sur les viols et attouchements sexuels des footballeuses"

Laisser un commentaire