Gabon : La Fégafoot s’entête dans ses oeuvres

Les panthères du GabonLes panthères du Gabon

Annonces

Partagez!

La Fédération gabonaise de football, s’est permise samedi dernier de faire annuler le vol des panthères. L’équipe nationale devait se rendre au Soudan du Sud.

La Fégafoot grince des dents. Elle n’a plus la charge de la négociation de l’affrètement des avions de l’équipe nationale. La dernière victoire des panthères (3-0) contre le Soudan du Sud a fait pousser des ailes à la Fégafoot qui s’est permise samedi de faire annuler le départ des panthères. Une façon de faire oublier le couac international de la nomination du père de Pierre Emerick Aubameyang, comme entraîneur des panthères.

Sur la surface, le motif invoqué par la Fégafoot est que l’avion ne permet pas d’obtenir « toutes les commodités nécessaires pour des sportifs en compétition« . En réalité, dans le fond, c’est un problème de non respect des règles de passation de marchés.

Selon le Fonds National de Développement du Sport, le staff technique de la Fégafoot est mécontent d’avoir raté la négociation du marché d’affrètement de l’avion. Comme c’était le cas avant. D’où cette instrumentalisation pour bloquer le départ des panthères du Gabon en temps et en heure.

Daniel Cousin

Daniel Cousin confirme que l’avion répondait à toutes les normes

La FEGAFOOT au bord du gouffre financier

« L’offre financière la plus intéressante a été retenue au montant de 62 millions Fcfa dans une logique de bonne gestion, pour un Embraer EMB 145 d’une capacité de 50 places, avec 38 passagers figurant sur la liste d’embarquement ». On peut lire dans le communiqué par le Fonds national pour le développement du sport (FNDS).

La Fégafoot reproche au Fonds d’avoir choisi l’offre la moins « disante » de quarante-cinq millions de francs Fcfa au cours d’un appel d’offre. La vérité est désormais connue contrairement à la bataille de communiqués dans les médias de la Fégafoot.

Une situation incompréhensible surtout lorsqu’on sait que l’avion affrété contenait plus de places que de nombre de passagers. Et que toutes les normes de sécurité et de confort étaient assurées.

Désormais, le Fonds a décidé de rendre public tout l’argent donné à la Fégafoot. Il risque là d’y avoir du grain à moudre. Surtout pour tous ceux qui se demandaient ce que faisait la fédération avec tout « le pognon » du football gabonais. Et pour quels résultats ?

 Igor Simard, une cible à abattre ?

Depuis qu’il a mis en place des procédures de contrôle de la dépense, le nouveau directeur général du FNDS est devenu l’homme à abattre. Igor Simard prend toujours soins de demander la justification de chaque franc dépensé comme l’exige la comptabilité publique.

Cela ne plait pas à tout le monde à la Fegafoot. Surtout à ceux qui ont pris de mauvaises habitudes à leur poste depuis plusieurs années. Alors c’est normal qu’ils cherchent à tout prix à contourner le système.

Ainsi, tous ceux qui ont tiré les ficelles dans l’ombre à la Fégafoot ne donnent pas plus de détails. Ils se contentent de dire que le vol a été repoussé. Au motif d’un manque de « commodités nécessaires pour des sportifs en compétition« .

La réconciliation des Gabonais avec la Fégafoot n’aura été que d’une courte durée.

LIRE AUSSI  Gabon : Trente millions de Fcfa détournés par la Fegafoot ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

Laisser un commentaire