Gabon : la mafia du port a volé plusieurs tonnes de Kevazingo

Le Kévazingo mis en réserve au GabonLe Kévazingo mis en réserve au Gabon

Ads

Partagez!

L’information a été annoncée hier par le procureur de la République lors d’une conférence de presse. Ce sont exactement 353 conteneurs de Kevazingo qui ont disparu. Comme par magie. Il ne reste que 39 conteneurs sur les 381.

Le bois précieux avait été saisi par les autorités gabonaises. Plus précisément suite à une enquête de interpole qui avait mis la pression sur les éléments du ministère des Eaux et Forêt.

Les containers étaient conservés dans le port d’Owendo depuis le mois de mars dernier. Le temps que la justice prenne une décision sur le sort du Kevazingo.

Troisième scandale de mafia aux douanes et aux Eaux et Forêts

Il en aura fallu peu pour que le gang des mafieux du port se saisissent de cette opportunité. En moins d’un mois, ils auront siphonné 90% du stock de bois précieux mis sous scellé, pour une valeur de plusieurs milliards de francs CFA.

C’est un nouveau scandale qui vient éclabousser l’administration gabonaise. Notamment les Douanes et les Eaux et Forêts. Le ministre en charge de l’institution avait pourtant fait remplacer il y a quelques mois les fonctionnaires véreux de son ministère après dénonciation.

LIRE AUSSI : Gabon/Exploitation illicite des forêts: Des mesures conservatoires à l’encontre de la SSMO

Au mois de mars dernier, une ONG a publié un rapport accablant sur l’exploitation illégale du bois dans le bassin du Congo. Le rapport, appelé Toxic Trade, mettait en cause plusieurs anciens ministres.

LIRE AUSSI : Gabon : Mamba se chargera de l’enquête suite au rapport EIA

Appels à la démission du ministre

Cet énième scandale vient remettre en question le fonctionnement du port par les douanes, l’OPRAG, et le délégataire BOLLORE.

Pourtant, le gouvernement avait pris la décision d’interdire toute exploitation de Kevazingo. Ce bois précieux est trés recherché en Asie. De nombreux exploitants chinois ont été pointés du doigt par des ONG internationales.

Mais le procureur de la République a affirmé que les responsables seraient poursuivis quels que soit leur grade ou leur fonction.

Plusieurs interpellations ont déjà eu lieu, alors que la marchandise serait déjà arrivée en Chine.

Ainsi, c’est une opportunité pour l’opposition gabonaise qui appelle désormais le ministre des Eaux et Forêts à démissionner.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Clara Ngoussi
Clara Ngoussi, journaliste d'investigation gabonais

Laisser un commentaire