Gabon : La méthode de Guy Nzouba Ndama

Guy Nzouba Ndama et les législativesGuy Nzouba Ndama et les législatives

Annonces

Partagez!

Le positionnement actuel de Guy Nzouba Ndama démontre raisonnablement qu’il est dans une démarche de reconnaître le pouvoir d’Ali Bongo Ondimba.

En décidant de participer aux élections législatives prévues pour se tenir en avril 2018, Moukombo n’est plus dans la logique de la vision politique et les idéaux défendus ses amis de l’opposition notamment Jean Ping qu’il dit avoir pourtant contribué fortement à « son élection » du 27 Août 2016.

Après avoir passé 20 ans à la tête de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama et les autres leaders disposant des partis politiques se disent prêts à s’inscrire dans le jeu politique des législatives. Son agenda du moment quelque soit le temps et les circonstances, c’est de tenir en éveil la flamme de la mobilisation, de la conscientisation et du rapport de force sur le terrain. « Il faut constamment être auprès des populations et à leur écoute pour affiner d’autres stratégies de conquête du pouvoir », a-t-il fait savoir.

Une position qui alimente les débats à Libreville tout comme à l’intérieur du pays. Des nombreux analystes se demandent si Guy Nzouba Ndama a d’autres cartouches en main qu’il n’a peut être pas eu le temps d’expérimenter aux cotés de Jean Ping lors de la présidentielle d’août 2016. On peut supposer qu’il aura suffisamment de temps pour déployer sa méthode pour s’imposer face au parti au pouvoir, le PDG. Lors de sa conférence de presse de mercredi dernier, il a estimé que son heure est arrivée et qu’il voit là une occasion pour la mettre en pratique.

Moukombo veut à tout prix prendre part à l’élection organisée par celui qu’il a traité d’usurpateur et d’illégitime. Devenir même un simple député. Cela voudrait tout simplement dire que c’est Ali Bongo Ondimba qui est finalement fort. Il était président de l’Assemblée nationale pendant vingt ans et n’a rien fait pour influencer le changement qu’il voulait. Aujourd’hui, il veut encore tenter une autre « sorcellerie » et commençer à sillonner dans le couloir de l’hémicycle qu’il maîtrise mieux.

Guy Nzouba Ndama sait pertinemment bien que l’opposition ne pourra pas être majoritaire à l’Assemblée Nationale. En s’engageant dans cette nouvelle bataille, il veut quand même essayer sa méthode qui peut, selon lui, porter des fruits. Puisque l’objectif à terme, c’est l’alternance politique. Où sont passés les accords signés dans la coalition ? Est-ce à dire que Jean Ping n’a pas satisfait aux engagements qu’il lui avait donnés ? Guy serait-il devenu un traître ? Des questions auxquelles l’opposition doit répondre.

Mais, une chose est certaine, Guy Nzouba Ndama et son parti « Les Démocrates » iront aux élections en avril prochain. L’ancien patron de l’Assemblée nationale est conscient que la politique de la chaise vide ne paye pas.

LIRE AUSSI  Les élections présidentielles en Afrique : Quid sur le rôle des juges et des observateurs internationaux ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher