Gabon : Léandre Zue, où le fait de prince pour une élection jouée d’avance!

Léandre ZueLéandre Zue

Annonces

Partagez!

La stratégie peaufinée par les hautes instances du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) propulse Léandre Zué à l’avant-poste, étant tête de liste lors des élections locales dans le 2e arrondissement de Libreville. Ce n’est que la manœuvre d’une voie royale par la désignation d’un champion. Le PDG mise sur la Revitalisation et la régénération.

Parce qu’il faut prêter allégeance au Secrétariat Exécutif du PDG, ce 3 dimanche février, les membres des conseils municipaux doivent choisir les membres de leurs bureaux. A Libreville, ils choisiront le remplaçant de Rose Christiane Ossouka Raponda et les différents maires adjoints.

L’heure est à la mise en place d’un groupe de 13 conseillers devant l’Union Nationale et le Rassemblement Héritage et Modernité qui va valider la candidature de ce cadre militant du PDG.

Après Ossouka Raponda de l’ethnie omyenè, une convenance que l’ethnie fang du 2é arrondissement soit l’élu pour ce fauteuil tant convoité.

Si d’autres personnalités ont semblé se positionner, d’ores et déjà, la partie majoritaire qui vient de reprendre les municipalités des 2e, 3e et 6e arrondissement, prépare par sa victoire, ses intentions de maintenir l’image de rouleau compresseur face aux dissidents qui ont boycotté la partie. Les potentiels maires qui seraient issus de leurs rangs.

Au terme de ce rendez-vous, Léandre Zué peut se frotter les mains d’avoir rebattu les cartes chez les gens qui lorgnent du côté de la Mairie Centrale de Libreville. Il n’y a pas de grand favori, d’autant que le PDG renferme les hommes et les femmes qui feront l’affaire. Une manière d’affirmer que le vieux de la politique municipale pour avoir été tout puissant 4e Maire Adjoint de Libreville reprend les rênes, cette fois-ci en tant que titulaire.

Des noms tâchés par-ci ont vite prouvé que le choix est de garder le pouvoir en vue d’éviter les frustrations pour verrouiller le double jeu des partis de la majorité qui crient en se dévoilant qu’ils doivent être « associés ». C’est le symptôme de la participation et d’accompagnement vers la cogestion qui n’est pas à l’ordre du jour.

Tout a été clairement dans la déception du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR) qui n’a plus tenu en haleine les autres candidats de l’opposition. Pourtant le CLR n’a pas dit de quelle manière, il compte présenter ses candidats. Son fondateur a préféré se lasser à force de jauger le PDG sans pourtant découvrir ses propres faiblesses qui l’écoutent de la cause.

Vouloir entretenir un suspense de dernière minute est-ce une stratégie de désunion ou tout simplement une frustration qui incarne les tensions d’accaparement de l’attention?

Ce n’est pas cela qui dégradera les relations des partis se voulant solidaires pour soutenir l’action du Président Ali Bongo Ondimba. Il semble donc que l’on se dirige vers des mesures fortes concernant les besoins majeures des populations de Libreville.

LIRE AUSSI Gabon : Jean Eyeghe Ndong se trompe d’époque

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire