Gabon : Jean Eyeghe Ndong se trompe d’époque

Jean Eyeghe NdongJean Eyeghe Ndong

Annonces

Partagez!

La conférence débat que le dernier Premier ministre d’Omar Bongo Ondimba a animé le samedi 26 janvier a consisté à faire des reproches aux nouveaux députés élus à l’issue des dernières législatives.

Pour de nombreux analystes de la scène politique gabonaise, le partisan du boycott lors des dernières législatives, proche de Jean Ping, est en train de charger ceux qui composent le bureau de la nouvelle Assemblée nationale, estimant à ses yeux que cette Assemblée est illégitime.

Il y a des êtres qui, dès leur adhésion à un regroupement politique, semblent se donner des airs de patriarche en tançant qui ils veulent rappeler à leur ordre. Jean Eyeghe Ndong fait du JEN comme s’il était à la cour du roi Pétaud : trop critique pour raviver des tensions entre les  formations politiques de l’opposition en multipliant les frasques. C’est une attaque indirecte aux Démocrates.

Le Sénateur du 2è arrondissement de Libreville a toujours enfoui au fond de lui-même un reproche révélateur de son état d’esprit pour expliquer le sens de son combat politique. Il n’hésite pas à choisir la Cour Constitutionnelle comme cible de prédilection !

A ses yeux, la Cour a trahi un penchant. Il oublie qu’il n’est plus un cheval de retour pour avoir boycotté les élections, il est donc disqualifié et tout se fera sans lui. En réalité, l’homme a déçu et continue à agacer ceux qui ne le supportent plus, étant devenu un disque rayé malgré la sympathie qu’on lui avait accordé par le passé et qui se traduit aujourd’hui par le fait qu’il n’a plus d’attrait de la nouveauté. Il est devenu par la force de choses un handicap dans les intentions de vote. C’est une faute stratégique de ne pas aller aux élections, ensuite de choisir d’être illisible, brumeux et effacé avant de paraître en censeur incohérent.

L’homme se pose des fausses questions sur la légitimité de la nouvelle Assemblée qui dorlotent ceux qui n’ont plus de poste .Une forme d’impuissance des opposants de cet acabit. JEN est oedipien. Les élus de l’opposition doivent s’imprégner de l’actualité, et par ricochet assurer la position dominante du camp Ping parce que ce qu’attendent les élus est une forme d’espoir.

Il n’y a pas de faire-valoir lorsqu’on sert son pays. Jean Eyeghe Ndong doit respecter la liberté des élus et abandonner son idéologie que d’autres récusent.

LIRE AUSSI Gabon : Faustin Boukoubi, le nouveau président de l’Assemblée nationale

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

1 Comment on "Gabon : Jean Eyeghe Ndong se trompe d’époque"

  1. Quand on lit des articles comme celui-ci, on comprend tout de suite qu’il existe encore trop de journalistes vendus à la cause de la françafrique❗❗❗

Laisser un commentaire