Gabon : Michel Dirat et Bambino Village scellent un partenariat

Michel DiratMichel Dirat

Annonces

Partagez!

Voilà une nouvelle qui devrait en réjouir plus d’un ! Michel Dirat et le Groupe scolaire Bambino Village font désormais bloc et fusionnent à la faveur d’un partenariat.

Reconnues avoir fait florès depuis deux décennies en matière d’enseignement, les deux institutions ont décidé de se mettre ensemble pour relever les défis de l’éducation en se projetant dans l’avenir avec ses exigences.

Le maître-mot des exigences majeures pour le désormais nouveau groupe Michel Dirat/Bambino Village se pose en termes d’innovations. Et là, le méga-groupe « new-look » n’a pas fait dans la dentelle. Nouveau système pédagogique, pour apprendre autrement, numérisation des enseignements et conditions d’études attractives, velléités tentaculaires au-delà de Libreville. Tout un programme !

C’est donc pour donner corps à ses ambitions d’atteindre une nouvelle dimension que Michel Dirat a choisi de concrétiser la fusion avec Bambino village, un groupe qui a pignon sur rue dans le secteur pré-primaire et primaire.

Pour Madame Milan, la fondatrice de Bambino village, « Cette fusion permettra au groupe Michel Dirat/ Bambino village d’étendre sa toile et devenir plus important, même si à l’heure actuelle il ne compte que six écoles ».

Il faut dire que la fenêtre qui s’ouvre avec ce partenariat constitue une fin de calvaire pour les parents qui s’arrachaient les cheveux à la fin du parcours primaire de leurs enfants à Bambino Village.

Morceaux choisis : « L’objectif pour Bambino village était de tendre vers le secondaire, c’est donc chose faite avec cette fusion. Cela représente un gros avantage pour les élèves de Bambino Village, qui s’arrêtaient juste au cours moyen 2ème année. Désormais, ces derniers pourront prolonger directement en 6ème année sur Michel Dirat. Cette continuité enlève une épine aux pieds des parents dans la mesure où la course en 6ème n’était pas gagnée d’avance et constituait une forme de pression difficile à gérer », a précisé la fondatrice de Bambino Village, Madame Milan.

Du côté de Michel Dirat, on ne fait pas la fine bouche d’autant plus que ce partenariat fait presque figure de l’eau injectée dans le moulin.

Avec les nombreux projets en cours de réalisation, renchérit le responsable pédagogique de Michel Dirat, ce partenariat arrive à point nommé et c’est de tout bénéfice pour le groupe. C’est notamment le cas pour le nouveau système pédagogique, basé sur la double certification. Il s’agit d’un ambitieux projet débuté cette année dans les classes de 6ème.

Pour quels contours ? « Lorsque ces élèves arriveront en 3ème, ils auront été formés aux deux programmes et pourront passer soit le DNB français, soit le BEPC gabonais, ou alors les deux examens, c’est selon », a souligné le responsable pédagogique du groupe.

Cela va se prolonger au sommet de l’édifice.  « En Première, ils pourront passer les anticipés dans l’optique du baccalauréat français, et une fois en Terminale, possibilité leur sera donnée de passer le bac français d’abord, et ensuite, le bac gabonais », indique-t-on.

Pour s’arrimer aux standards d’un établissement moderne, le groupe Michel Dirat/Bambino Village se met en mode des nouveaux outils pour faciliter les apprentissages chez les élèves ainsi que les pratiques des enseignants.

Pour Landry Nze, l’IT de l’établissement, « l’ère du numérique nous offre plusieurs techniques susceptibles d’améliorer la performance des élèves et des enseignants ».

La retouche photo, le montage vidéo et bien d’autres interviennent déjà dès cette année dans l’apprentissage des cours, précise-t-on.

Les classes pilotes, se dit-il, comme la 6ème, la 3ème ainsi que la terminale intègrent ce programme dès cette année.

Pour que cet ambitieux programme se donne les chances de prospérer, c’est l’école depuis le cycle primaire que doivent être implantées les fondations.

Libreville n’étant pas le Gabon, d’autres villes sont visées et pourront bénéficier de ce redéploiement stratégique à moyen et long terme.

La fondatrice de Bambino Village en dévoile quelques pans. « Nous avons des projets ficelés, il ne reste plus qu’à les réaliser. Port-Gentil pourrait être la prochaine étape, nous l’envisageons fortement ».

Il y a certes une mutation significative, mais les responsables mettent un point d’honneur de faire bénéficier ce jumelage à toutes les bourses. Aucune surenchère au niveau des coûts de scolarité n’est à craindre.

« Nos structures sont modernes, innovantes, les enfants apprennent dans de très bonnes conditions. ; il va sans dire que cela a un coût. Bien entendu, étant tous Gabonais, notre souhait est que même les couches sociales moyennes aient accès au groupe Michel Dirat/ Bambino Village », martèle Pascale Milan très optimiste.

Voilà pourquoi, a-t-elle précisé en épilogue, : « des efforts ont été faits à ce niveau et désormais, nous sommes bien plus accessibles que d’autres établissements du même standing que le nôtre ».

La bonne nouvelle est que « nous sommes également à l’étude d’une offre « low-cost », avec des conditions d’études et d’enseignement au-dessus de la moyenne, mais à des coûts encore plus accessibles pour les couches modestes », renchérit-elle.

Pour sûr, peu importe la durée, le bon travail paie toujours à l’image de la terre qui ne trompe pas. Y’aurait-t-il meilleur horizon à scruter !

LIRE AUSSI  Gabon / Education : Bambino village fête ses vingt ans

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire