Chronique : Climat des Affaires en Afrique subsaharienne ?

Climat des affaires en AfriqueClimat des affaires en Afrique

Annonces

Partagez!

Les politiques macroéconomiques et financiers devraient avoir un objectif primordial. Pour certains pays, cela suffirait de reconstituer les amortisseurs qui ont été entièrement utilisés ; pour d’autres de redoubler d’efforts pour maîtriser l’inflation.

Dans tous les pays, il importe avant tout d’encourager les investissements privés productifs. Les recommandations de politique économique formulées dans les éditions précédents restent toujours d’actualité. Même si certains pays ne sont pas endettés au point d’avoir du mal à financer leurs déficits, beaucoup d’entre eux pourraient avoir des difficultés à trouver des fonds pour financer un creusement de leur déficit en cas de règle.

Cela met en évidence la nécessité, pour un certain nombre de pays, de reconstituer leurs amortisseurs budgétaires, surtout ceux par lesquels la dynamique de la dette est défavorable et ceux qui sont particulièrement vulnérable à une évolution négative des cours des produits de base. Dans la plupart des cas, pour reconstituer les amortisseurs budgétaires, il faudra à la fois endiguer les dépenses et accroître les recettes.

Dans certains pays à revenu intermédiaire, dont l’Afrique du Sud et le Ghana, la nécessité de freiner l’accumulation de la dette suppose de mener à bien le rééquilibrage prévu des  finances publiques. Dans la plupart des pays à faible revenu et des Etats fragiles, l’accent doit être mis sur l’élargissement de la base d’imposition pour financer les investissements et répondre aux besoins sociaux, tout en compensant la diminution de l’aide extérieure.

Afin de continuer à attirer les capitaux étrangers pour développer les infrastructures et la capacité productive, les autorités d’Afrique subsaharienne devraient s’employer activement à améliorer encore le climat des affaires, avec l’assistance technique de la communauté internationale, notamment en engageant les réformes requises dans le domaine de la politique et de l’administration fiscales ; ainsi qu’en simplifiant la réglementation et les démarches administratives.

LIRE AUSSI  Gabon : 2018, une année de cohésion et de réalisations

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Chronique : Climat des Affaires en Afrique subsaharienne ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher