Mali : « Nous nous battrons contre le terrorisme », IBK

Ibrahim Boubacar Keïta, le président du Mali

Annonces

Partagez!

En ces temps modernes, où plus rien, dans la vie des nations, n’échappe aux peuples, IBK, le président du Mali a soutenu que «  les citoyens ont, quotidiennement, le loisir de juger ce que leurs dirigeants apportent au rayonnement de leur pays ».

Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) compte désormais sur la perspicacité de chaque Malien pour, par son propre jugement, apprécier si leur patrie inspire ou non le respect aux autres Etats. « Vous avez, en vos mains, tous les éléments, pour apprécier si les Etats qui comptent sur cette planète portent, ou pas, de l’intérêt au Mali. Bref, vous savez apprécier si votre drapeau national est respecté ou quelconque, parmi les autres », ajoute t-il.

A l’aube de l’année nouvelle, IBK invite, tous, sur le respect que « nous inspirons, en tant que nation, pour, chacun, dans son domaine, chacun, là où il est, à se demander ce qu’il peut faire, pour que notre prestige, en tant que citoyens de ce pays, grandisse encore et encore. Tel est mon vœu le plus cher, pour la patrie, pour l’année qui vient ».

Il invite tous ceux qui aspirent à cet exaltant privilège de ne jamais miser contre ce peuple, car ceux qui le font perdront à coup sûr ! « Oh ! je puis comprendre que, pour certains, l’intérêt individuel, de temps à autre, prenne le pas sur l’intérêt général. Mais, de grâce, jamais l’intérêt personnel ne doit s’ériger contre celui de la nation ! Car nos bonheurs individuels n’ont de sens que s’ils s’inscrivent dans une prospérité collective. Je peux comprendre, – et même accepter – que pour certains, en politique, la conquête de positions personnelles implique qu’ils soient en permanence en train de se battre pour eux et pour eux seuls, en permanence en campagne électorale », dit-il.

Selon lui, il  ne s’agit pas d’oublier, ou même d’ignorer les difficultés, les manques ou les insuffisances. Au contraire, «  nous devons en apprécier la difficulté, et y faire face avec constance et détermination. Le temps vient toujours, où chacun de nous doit dire si la part de la nation qui lui a été confiée est en moins bien ou meilleur état que ce qui prévalait, au moment où il en a pris possession. Gare à l’imposteur, qui voudrait faire croire qu’il aurait fait mieux, s’il avait eu du peuple, un mandat qu’il n’a pas reçu. Chacun peut toujours s’inventer des qualités qu’il n’a encore jamais montrées nulle part, tant il est facile, lorsque les autres en sont encore à suer à la tâche, d’apparaître dans sa tenue immaculée, pour décerner des notes fantaisistes », a indiqué IBK.

A Son niveau, il est  à la tâche, il travaille, et il assume parfaitement la difficulté d’hériter d’un pays que certains avaient plongé dans le chaos et voulaient détruire.

« Le terrorisme, parlons-en ! Chaque soir, je m’endors dans la hantise de ce que nous réserve le lendemain. Certes, le terrorisme, aujourd’hui, frappe partout. Mais nous, qu’avons-nous fait pour mériter de devoir consacrer le peu que nécessitait le développement de notre pays, à lutter contre cette calamité ? Je ferai silence, sur ceux des nôtres qui poussent l’imposture jusqu’à faire croire qu’ils auraient le remède que certains pays disposant de moyens militaires conséquents n’ont trouvé pour enrayer ce fléau », s’exprime IBK.

Et de poursuivre : « Nous nous battons contre le terrorisme, en espérant chaque jour ne pas être poignardés dans le dos, y compris jusque dans les terres les plus insoupçonnées de notre vaste et beau territoire national. Et, chaque fois que tombe un soldat de notre armée nationale ou ceux des nations étrangères venus à notre secours, je me torture la mémoire, des jours durant, à imaginer tout ce que nous aurions pu faire, à cet endroit précis, pour prévenir le fléau, jusqu’à ce qu’il nous tombe dessus, ailleurs ».

Il a fait comprendre que « la lucidité de ne jamais oublier que le fléau auquel nous sommes confrontés est une armée invisible, dont les membres se cachent parfois parmi nous, dans nos propres ruelles, dans la maison d’à côté ».

LIRE AUSSI  Liberia : Un ancien footballeur devenu Président de la République

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire