Musique: Ces anciennes gloires de la musique camerounaises qui cartonnent toujours

Petit paysPetit pays

Ads

Partagez!

Elles sont la source d’inspiration de la jeune génération d’artistes. Leurs œuvres sont aimées, suivies et danser par les jeunes.

De nos jours, la musique urbaine, a le vent en poupe. Elle ne laisse aucun jeune indifférent. Seulement, ceux-ci ne restent pas également indifférents lorsqu’ils suivent les mélodies des anciennes gloires de la musique camerounaise. Si ces musiques datent d’une époque lointaine et suscitent de la nostalgie auprès chez les adultes, les jeunes Camerounais des deux sexes aiment bien la danser. Ces anciens morceaux sont joués et dansés dans les boîtes de nuit, les fêtes à la maison et un peu partout. Une preuve que l’artiste ne meurt jamais.

Manu Dibango

Qui n’a jamais dansé « Ayé Africa » de Manu Dibango, une icône de la musique africaine ? Le célèbre saxophoniste, chanteur est dans la musique depuis 1969. Beaucoup de jeunes aujourd’hui n’étaient pas encore nés même pas certains de leurs parents et pourtant la musique de Manu Dibango n’a toujours de rides pour eux. Pour preuve, il est toujours au rendez-vous des événements culturels mondiaux. Cette source de sagesse, d’inspiration artiste fait danser, chanter les jeunes lors de ses tournées planétaires. Souvenez-vous que le roi de la pop Mickael Jackson et la chanteuse jamaïcaine Rihanna ont plagié son single « Soul Makossa » une chanson datant de 1972. Repris exactement par ces deux stars, la chanson de Manu Dibango avait connu un succès retentissant. Des jeunes à travers le monde en ont dansé, chanté en cœur et en joie.

Petit Pays, Effata, Turbo, Rabba Rabbi

L’artiste Petit Pays a récemment célébré ses 30 années de carrière. Le turbo d’Afrique a d’abord commencé à Paris, où Camerounais et Français se sont rendus massivement au Trianon, à Paris pour voir Effata prester. Même ceux qui n’étaient pas encore nés à l’époque où Rabba Rabbi débutait sa carrière musicale ne sont pas restés indifférents. De retour au Cameroun c’est le stade Omnisports de Yaoundé qui était plein à craquer dans le cadre des festivités marquant les trois décennies d’Effata. Comme en France, l’artiste a passé en revue tout son répertoire musical. Une foule de jeunes était en liesse répétant en cœur les anciens morceaux tels que ça va mal, Ça fait mal, Ancien parigo, Salamalekum, ça va aller. Des chansons qui date des années 80 mais qui ont fait sensation aux oreilles des jeunes comme si elles dataient d’hier. En plus ses dernières sorties font le tour des hits parades.

Dina Bell

Tout comme Petit Pays, Dina Bell a commémoré en début de cette année dans la ville de Douala ses 40 ans de carrière musicale. Si l’artiste indique n’avoir  plus rien à prouver, les œuvres de Charles Dina Ebongue ne laissent pas aussi les jeunes indifférents. Des morceaux tels que « Yoma Yoma » bien que datant de 1981 cartonnent encore en milieu jeune. Avec plus d’une quinzaine d’album à son actif, Dina Bell fait toujours la joie des jeunes.

Prince Ndedi Eyango

Cela fait des années déjà mais ses mélodies n’ont pris aucune ride. Sa musique continue à être écoutée par les jeunes. Wanda People, qui d’entre vous ignore « You must calculé » sorti en 1987 ? cette chanson est devenue un slogan pour celui qui veut faire des prévisions pour ses projets avenir. Même pour les Wanda Girls qui veulent laver les Boys. Les amoureux qui veulent conquérir leurs dulcinées ne manquent de leurs chanter « École d’amour » de Ndedi Eyango qui date de 2009. Une mélodie qui cartonne à chaque fois qu’ont la joue.

Ekambi Brillant

La musique d’Ekambi brillant électrise encore et toujours les mélomanes. Malgré l’âge avancée de sa musique le chanteur du Makossa aujourd’hui âgé de 69 ans réussi à toujours faire sensation auprès des jeunes. Cela a été prouvé en avril lors d’un concert tenu dans la ville de Garoua au Nord du Cameroun. La salle de fête de l’Hôtel Benoué était pleine à craquer malgré le prix jugé par certain coûteux, (15000 fcfa) l’entrée, les jeunes ont même ravi la vedette aux adultes en venant massivement prendre à ce concert. L’artiste a alors étalé tout son répertoire de musique. Des morceau comme « Elongui », Sesa mulema -Sula n’dolo qui date de 1972 ont été acclamés par le public.

Ottou Marcellin

En voilà un autre vétéran de la musique donc les œuvres ne vous laissent pas indifférent. A travers ses mélodies, Ottou Marcellin apaise les cœurs de certains, redonne le sourire aux personnes vulnérables et fait rêver plus d’une génération à travers ses mélodies. Cela a été observé en  2011 lors de la célébration de  35 ans de, et en 2007 pour ses 25 ans. Ainsi, « petit soldat », « ça me fera souffrir » font toujours jaillir de bonne sensation chez les mélomanes.

Govinal

Surnommé le prince du Bikusti, Govinal fait toujours danser de nombreux titre comme « Naya Naya » sorti le 22 Octobre 1988. A l’entame de cette chanson, les jeunes deviennent envoûter. Ceux-ci entre sur la piste de danse pour se trémousser. La preuve dans plusieurs événement que ce soit culturel, politique, Govinal est convié pour détendre le public avec sa bonne musique. Il compte de nombreux albums tous écoutés et dansé bien que la plupart datent d’une autre époque.

André Marie Talla

Lui c’est le patriarche de la musique. De jeune artiste à l’instar de la chanteuse de Bikusti Coco argentée se sont rapprochés de lui pour apprendre faire de la bonne musique en réalisant le single « Bikut-Skin ».  C’est depuis 1975 qu’André Marie Talla ouvre le bal de ses chansons avec « Hot Koki. Un titre qui plait les jeunes de nos jours. Et sa musique reste d’actualité. Wanda People, qui ignore qui d’entre vous n’a jamais dansé « Ben Skin », « Je vais à Yaoundé », « Celle qui t’a aimé », « shake shake » ? des chansons qui donne encore de  la bonne ambiance.

Eboa Lotin

L’artiste ne meurt jamais, les œuvres d’Eboa Lotin continuent de faire sensation malgré le fait qu’il ne soit plus de ce monde. D’ailleurs le célèbre groupe de musique les XMaleya ont repris avec succès  le titre « Elimba Dikalo ». De quoi rendre hommage à ce grand artiste qui a marqué les esprits et dont les traces à travers ses œuvres restent immortelles.

Tchana Pierre

Il y a de cela longtemps qu’il n’est plus de ce monde, mais demeure dans vos souvenirs. Vous n’ignorez sans doute pas le single qui redonne espoir, qui motive et qui encourage « Il n’est jamais trop tard ». Il y a également « Va-t’en » qui cartonne toujours. Des belles mélodies aux rythmes de la rumba congolaise qui datent de longtemps, mais qui font encore de l’effet.

Ils ont su concocter leurs œuvres en les agrémentant des messages qui apportent des solutions aux problèmes de la société, tout en donnant la bonne ambiance. Voilà pourquoi leurs œuvres ne sont pas tombées dans les oubliettes, voilà pourquoi,  ces vieux ont toujours damé le pion, et ravir la vedette aux jeunes artistes. C’est pourquoi leurs chansons cartonnent toujours.

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire