Le Gabon assouplit sa politique de délivrance de visas

aéroport visa libreville gabon
Partagez!

La décision a été prise hier par le gouvernement en conseil des ministres. Les ressortissants des pays membres du G20 pourront désormais obtenir leur visa directement à leur arrivée à l’aéroport. Une décision salutaire pour le Gabon qui cherche à relancer son économie.

Menacé de représailles par la CEMAC, le Gabon a réagi hier lors du Conseil des Ministres en annonçant des mesures d’assouplissement de délivrance des visas. Il confirme aussi l’engagement pris par le Gabon de permettre la libre circulation des personnes et des biens approuvée par les instances de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC).

Ainsi les ressortissants originaires d’Afrique du Sud, d’Allemagne, d’Arabie saoudite, d’Argentine, d’Australie, du Brésil, du Canada, de Chine, de Corée du Sud, des États-Unis, de France, d’Inde, d’Indonésie, d’Italie, du Japon, du Mexique, du Royaume-Uni, de Russie, de Turquie, et de l’Union européenne n’auront plus besoin de visas avant leur embarquement pour se rendre au Gabon. Ils pourront l’obtenir directement à leur arrivé à l’aéroport.

« il ne s’agit pas de mettre en place la libre circulation des personnes pour les membres du G20, mais de leur permettre d’obtenir plus facilement un visa à l’arrivée » confie une source sécuritaire proche du dossier.

Cette mesure est applicable immédiatement. Elle est salutaire lorsqu’on connaît les difficultés d’obtention de visa via la plateforme EVISA. Cet assouplissement doit permettre officiellement de supporter la politique d’ouverture du Gabon sur les investissements étrangers. En outre, elle permettra de poser les bases du développement pour le secteur touristique.

A titre d’exemple, le Rwanda a pris une mesure d’exemption totale de visas pour les ressortissants de 9 pays africains. En revanche, le visa peut être obtenu directement à l’aéroport pour tous les africains.

La CEMAC attendra encore un peu

En ce qui concerne l’intégration sous régionale CEMAC, le Conseil des Ministres n’a pas pris de décision aussi rapide. La libre circulation des biens et des personnes attendra encore un peu pour les ressortissants issus de cette zone économique.

« Le Gabon confirme l’engagement pris par notre pays pour la libre circulation des personnes et des biens approuvée par les instances de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC)« 

En langage diplomatique, cela signifie que certaines conditions pratiques n’ont pas été résolues. Selon notre expert sécurité, « comme la Guinée Equatoriale, pays frontalier, des enjeux sécuritaires et d’immigrations incontrôlés ont pris le dessus sur la bonne intégration de ces dispositions de la CEMAC.« 

LIRE AUSSI : Le Gabon et la Guinée Equatoriale réprimandés par la CEMAC

On peut se demander si les deux pays ne souhaitent pas ouvrir totalement leurs frontières sans un minimum de gages du Cameroun. En effet, l’avancée de Boko Haram dans le nord du pays laisse croire qu’il pourrait y avoir des infiltrations au Gabon et en Guinée Equatoriale si les frontières étaient ouvertes. Reste que pour beaucoup, ce « prétexte » est utilisé pour protéger les industries gabonaises et éviter un envahissement par des produits camerounais. Un mauvais calcul pour la sous région qui a désormais besoin d’être plus forte, et de ne former qu’un seul bloc pour se sortir de la crise.

Comments

commentaires

Actualité africaine

SHARE TWEET PIN SHARE

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Sous la pression de la CEMAC, le Gabon ouvre ses frontières

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher