Sous la pression de la CEMAC, le Gabon ouvre ses frontières

Les Chefs d'Etat de la CEMAC lors d'un sommetLes Chefs d'Etat de la CEMAC lors d'un sommet

Annonces

Partagez!

C’est finalement suite aux pressions exercées par la CEMAC, que les ministres de l’intérieur Lambert-Noël Matha et Etienne Massard Kabinda Makaga viennent de signer l’ouverture des frontières du Gabon. Elle permet dorénavant aux ressortissants de la CEMAC, du G20 et du Conseil de Coopération du Golfe à entrer au Gabon sans visa.

Il aura donc fallu attendre les menaces de sanction de la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) pour que le Gabon prenne finalement la décision d’ouvrir ses frontières en application de l’acte additionnel. Une décision qui intervient une semaine seulement après la suppression de visa pour les ressortissants du G20.

LIRE AUSSI : Le Gabon assouplit sa politique de délivrance de visas

Convoqués dans le bureau du Chef de l’Etat gabonais, les ministres en charge de la défense et de l’intérieur n’avaient pas pu donner les raisons de la non application de cette directive de la CEMAC. Ainsi ils ont finalement été contraints de faire le nécessaire pour supprimer les visas des ressortissants de la CEMAC circulant dans l’espace communautaire. Dans la foulée, les ressortissants de nationalité saoudienne, koweitienne, émiratie, qatarie et du bahrein sont eux aussi exemptés de visa à l’embarquement.

 

Une nouvelle qui est globalement accueillie positivement, car elle permet au Gabon de dynamiser les échanges humains et commerciaux de la sous région. Un préalable nécessaire pour développer le potentiel touristique resté jusqu’à présent inexploité. Et attirer les investisseurs étrangers.

LIRE AUSSI : Gabon : Des mesures pour inciter les étrangers à investir au pays

circulaire libre circulation CEMAC

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher