RDC : Kabila exige 40% des recettes minières aux entreprises étrangères

Kabila et les mines

Annonces

Partagez!

La mesure du chef de l’Etat congolais vise à combler le manque de devises que connait le pays.

Le code minier de 2002 oblige les compagnies minières étrangères à rapatrier 40% de leur bénéfice d’exportation bruts en devises étrangères en RDC. Mais jusqu’ici, cette mesure n’est pas respectée par les entreprises concernées.

Le 25 juin dernier à Lubumbashi, capitale provinciale du Haut-Katanga, le ministre de l’économie, Joseph Kapika a transmis le message du chef de l’Etat aux 1.500 représentants d’entreprises minières réunis pendant deux jours dans le cadre de la deuxième édition de la semaine minière.

Le chef de l’État m’a instruit de demander aux opérateurs miniers implantés au pays de rapatrier conformément à la loi 40% de leur bénéfice sur toute exportation de minerais”. Le ministre de l’économie prévient “les entreprises qui ne respecteront pas cette disposition subiront les rigueurs de la loi« .

Les finances publiques de la RDC ne se portent pas bien depuis 2016. Après la baisse des cours des matières premières sur le marché international, la monnaie nationale a perdu plus de la moitié de sa valeur. Le Franc congolais (Fc) est passé de 1045 Fc en juin 2016 à 1550 Fc en juin 2017 pour A dollar US.

Pourtant, le cuivre et le cobalt à eux seuls représentent 80% des recettes d’exportation en RDC. De nombreuses entreprises étrangères exploitent et exportent les richesses du sous sol congolais sans que ce pays puisse en bénéficier. La RDC est aujourd’hui est un grand corps malade.

A cette situation financière déplorable s’ajoute une crise socio politique dévastatrice qui ne présage rien de bon à l’avenir.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire