Gabon: les 400 milliards de magouilles des TP et de Santullo

ngambia

Annonces

Partagez!

Comment SERICOM a-t-elle pu obtenir près de 400 milliards FCFA de marchés publics au Gabon? Oui, 400 milliards de FCFA en deux ans! Les enquêteurs ont démontré des défaillances dans l’attribution de certains marchés à cette entreprise. Et aussi dans la validation de factures dont le service n’avait pas été réalisé. Guido Santullo, est directement cité. L’administration des Travaux Publics aussi.

Les enquêteurs ont déterminé de nombreuses défaillances administratives, techniques et financières lors de l’attribution de marchés publics à la société SERICOM. Les montants en jeu sont de plusieurs centaines milliards de francs CFA. Les contrats de cette société n’ont fait l’objet d’aucun appel d’offre.

C’est en 2013 que Santullo est introduit au Gabon à Magloire Ngambia. En deux ans, SERICOM gagne plus d’une dizaine de contrats publics: elle construit le pont de Mayumba pour 100 milliards de francs CFA, le pont de Kango pour 24 milliards de francs FCFA. Mais certains travaux n’ont jamais été achevés, et seraient largement surfacturés.

C’est le cas notamment de la Route Akiéni – Onga qu’elle facture 60 milliards ou encore la route Mouila Ndendé pour 80 milliards de francs CFA.

Les projets ont été démarrés sans aucune étude préalable: aucun APS (Avant Projet Sommaire), APD (Avant Projet Détaillé) ou encore CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières) n’a été fait ou signé. Plusieurs dizaines de milliards engagés avec beaucoup d’amateurisme.

En tout, SERICOM a facturé à l’état pour prés de 400 milliards de francs CFA en deux ans. De quoi faire rougir Hassan Hejeij, l’ancien magna de la construction sous Omar Bongo.

La DGR tente d’obtenir plus d’informations de Magloire Ngambia. L’ancien ministre est toujours détenu à la prison centrale de Libreville depuis deux mois.

LIRE AUSSI: Vague d’arrestations arbitraires au Gabon?

En 2015, les premières vérifications ont permis d’établir des écarts de facturation. Santullo facturait trois fois plus que les travaux réalisés. Sur une facture 116 milliards présentée, seul 41 milliards avait été réellement réalisés.

Ainsi, la Direction Générale des Infrastructures de Transport (DGIT) et la Direction Générale de l’Entretien des Routes et Aérodromes (DGERA) ont validé des détails quantitatifs et estimatifs sans aucune vérification sur le terrain.

Les montants impliqués sont énormes. Fort de cela, il ne fait aucun doute que des commissions ont été données. Les enquêteurs sont actuellement en train de remonter les pistes financières. Ils ont en main les preuves que des commissions ont bien été versées pour l’attribution et la validation de ces marchés.

Guido Santullo est italien. Issu d’une famille modeste, il a immigré en Guinée Conakry dans les années 90. Il y fait fortune avec l’aide de Lansana Conté. Il est chassé du pays à la mort du dictateur, alors qu’il réclame la propriété de plusieurs biens immobiliers. C’est alors qu’il tente de faire saisir les comptes de la Guinée à l’étranger. Mais il est débouté.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*