SOGATRA: Transporter des cadavres pour combler le déficit

sogatrasogatra

Ads

Partagez!

Il y a quatre ans, la subvention de l’état à la Société gabonaise de transport (Sogatra) était de huit milliards de francs CFA. Celle-ci est passée a trois milliards de francs CFA cette année.

Pour dépendre moins de cette subvention et faire face à sa dette qui s’élève à près de 20 milliards de FCFA, la société envisage des pistes de solutions. La question était au centre de la rencontre des membres du Conseil dadministration le 23 mai dernier.

«Nous allons également proposer un business plan au Gouvernement pour lui montrer que ce que nous voulons faire est réalisable et que nous avons toujours besoin que l’Etat croit en la Sogatra, en maintenant la subvention à un niveau raisonnable, afin de permettre à la structure de vivre de ses recettes d’ici trois ans. Il n’y a pas que le transport des hommes. Il peut y avoir le transport des frets, funéraires, et publicités. Il y a des offres que Sogatra peut faire. Il suffit tout simplement d’autoriser la direction générale à mettre en œuvre tous ces outils de production et d’exploitation», a déclaré le Président du Conseil d’administration, Alexandre Désiré Tapoyo, lors du Conseil, rapporte notre confrère de Media 241.

Notre confrère qui précise que pour certains habitués de ce transport en commun, l’idée est bonne à condition que les morts ne partagent pas les memes véhicules que les vivants. Et de relater ce propos de Stéphanie, une habitante de Ntoum travaillant à Libreville, ” Nous sommes des Africains, nous avons nos traditions, monter dans un véhicule qui a transporté un cadavre quelques heures avant, honnêtement, je ne serais jamais partant. Si par contre il y a des véhicules spéciaux pour ce service, je pense que l’idée est très bonne. Surtout que je sais que la Sogatra proposera des prix plus abordables que les agences de transport’

Autres propositions, il est envisagé la réfection du parc automobile avec l’acquisition de 50 bus via les partenariats public-privé avec des entreprises locales comme étrangères, et la mise en place d’un plan social afin de permettre à la boite de réduire son personnel estimé à 976 agents.

Toutes ces propositions devront être soumises aux autorités de tutelle et présentées aux représentants de la Présidence de la République, de la Primature, des ministères des Transports, du Budget, de l’Economie ainsi que du Travail pour décisions à prendre.

LIRE AUSSI Transports gabonais: SETRAG aux normes technologiques internationales

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. La Somalie a un nouveau code pétrolier

Laisser un commentaire