« Les découvertes de pétrole et de gaz ne vont rien changer au Sénégal » selon le Professeur Aly Mbaye économiste

L'industrie pétrolière en AfriqueL'industrie pétrolière en Afrique

Annonces

Partagez!

Avec la découverte de pétrole au Sénégal, on croirait que cela permettra de booster l’économie sénégalaise. C’est tout le contraire, pense l’économiste et professeur Aly Mbaye.

«A mon avis, on est passé à côté des fondamentaux. L’économie ne se transforme pas. Depuis 1960 le pays ne s’enrichit pas significativement, le revenu par tête d’habitant est resté constant à 1000$/habitant depuis plus de 50 ans», indique le professeur Aly Mbaye.

Ainsi, selon lui, «il y  a des variations, des épisodes de croissances, de décélérations. Mais, on a comme l’impression que les épisodes d’accélérations rattrapent les décélérations d’épisodes passées. Ce qui, déplore-t-il, fait que la tendance à long terme reste stationnaire».

LIRE AUSSI : Pétrole : Le Congo désormais membre de l’Opep

Image result for pétrole sénégal 2018L’économiste argumente ses pensées sur les ondes d’une radio privée sénégalaise, Sud FM. « C’est parce qu’on n’a pas beaucoup changé ou fait augmenter notre capacité à générer des richesses ». Et Aly Mbaye de poursuivre :  «notre capacité à produire des biens plus complexes, plus sophistiqués et donc correspondant à des prix plus valorisés sur le marché international, cette capacité-là, est restée limitée».

Autrement, il donne une leçon à ceux qui pensent que les découvertes du pétrole et du gaz auront un impact positif sur l’économie sénégalaise. A l’en croire,  «les découvertes du pétrole et du gaz ne vont pas changer grand-chose. Ça ne fera que renforcer les tendances».

Pour cela, il suffit de regarder les pays exportateurs de pétrole en Afrique. La grande majorité ont été frappé de plein fouet avec la baisse des cours. Très peu d’entre eux ont su diversifier leur économie. Le pétrole est souvent considéré par les populations de ces pays comme maudit. Il ne profiterait qu’aux élites et aux entreprises venues pour l’extraire. Les populations impactées par les pollutions ou l’activité d’extraction, sont souvent marginalisées. Cela entraîne même, des conflits armées. C’est le cas du Nigéria, qui a dû bunkeriser les sites de productions suite à la création de mouvement rebelle dans la zone du Delta du Niger.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire