Ouganda : Polémique autour de l’âge du Président

Les étudiants ougandais dans la rue

Annonces

Partagez!

 Un débat s’est installé avant-hier en Ouganda. Il s’agit de la limite d’âge que le parlement impose aux futurs candidats de la Présidence.

Depuis lontemps, les Ougandais en parlaient. Finalement, le débat a eu lieu  en milieu de semaine. C’est au niveau du parlement que les uns et autres se sont prononcés pour poser le débat. Il y’a 315 voix contre 62 pour l’adoption de ce point. Autrement, les parlementaires ougandais ont demandé la suppression de la limite d’âge de 75 ans imposée par la Constitution aux candidats à la présidence de la République.

Evidemment, cela a amené un nouveau débat dans ce pays, surtout dans le camp des  adversaires du président Yoweri Museveni, 73 ans. Ces derniers, nous dit-on ,craignent que ce projet de loi ne lui ouvre la voie à une nouvelle candidature lors des élections prévues en 2021. Pour des observateurs avertis, il est anormal qu’un Président dirige un pays au-delà de 75 ans. C’est pourquoi, ils n’ont pas hésité de lancer un message pressant pour combattre cette injustice. Selon eux, la porte doit être ouverte aux jeunes générations ; car disent-ils, si on continue de laisser aux personnes âgées, cela freine davantage la démocratie.

Pour le porte du mouvement de résistance nationale, il est temps de combattre cette discrimination. Il a aussi à préciser en indiquant que « cette situation n’est pas bénéfique pour Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 31 ans ». De son côté, l’opposition crie au scandale et déplore le mauvais vote qui a eu lieu. Pour l’opposition, le président Ougandais est sur la même longueur d’onde que Khadafi ou Robert Mugabe. En tout état de cause, l’opposition Ougandaise n’a aucun espoir du vote qui a eu lieu mercredi. Parce que, dit-elle, le président ougandais n’en est pas à son premier coup d’essai. La Constitution avait déjà été modifiée en 2005 pour supprimer la limitation à deux mandats présidentiels. Yoweri Museveni avait ainsi pu briguer ses 3e, 4e et 5e mandats.

Maintenant, le vote du mercredi dernier ne pourrait démarrer qu’après la prochaine élection. Ce qui veut dire que Museveni aura toute la chance d’être encore Président. Une attitude que dénonce haut et fort l’opposition Ougandaise y compris des observateurs avertis.

LIRE AUSSI : Investissements intra-africains : Paul Kagame plaide pour la réforme de l’Union africaine

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire