Gabon : Brice Laccruche Alihanga explique la complémentarité entre le PDG et l’AJEV

Brice Laccruche Alihanga et Eric Dodo Boungouendza au siège du PDGBrice Laccruche Alihanga et Eric Dodo Boungouendza au siège du PDG

Annonces

Partagez!

Brice Laccruche Alihanga a échangé avec les membres du bureau politique et ceux du secrétariat exécutif du Pati démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), samedi, à Libreville.

En sa qualité de Directeur de cabinet politique du Distingué Camarade Président du PDG, il a délivré en toute franchise trois messages clés.

De un, Brice Laccruche Alihanga a invité les membres de sa famille politique à soutenir sans réserve l’action de redressement des finances publiques menée par le gouvernement. Le retour à l’équilibre des comptes publics, grâce à des économies faites sur le fonctionnement et le train de vie de l’Etat.

Selon lui, cela est indispensable pour permettre d’augmenter les dépenses d’investissements et de financer le modèle social. « Les mesures décidées récemment ne sont donc pas constitutives d’une cure d’austérité », a-t-il fait observer. Et d’ajouter : « Elles constituent, au contraire, l’accélération du plan de relance initié depuis le PSGE et prolongé par le PRE ».

De deux, à l’approche des futures échéances électorales, le Parti au Pouvoir, à l’instar des autres formations politiques, affûte ses armes. Le Directeur de cabinet d’Ali Bongo est convaincu que les élections législatives auront lieu. Le PDG doit s’y préparer très activement.

Bientôt, les candidats seront officiellement investis. Beaucoup d’entre eux l’emporteront. Car les candidats du parti seront à l’image de la population : ils seront donc représentatifs (avec des femmes, des jeunes, des personnalités expérimentées, venant du secteur privé ou du secteur public). Mais ils seront avant tout compétents. Car une fois élus, leur unique souci sera d’œuvrer sans relâche à l’amélioration de la vie quotidienne des Gabonais avec une exigence de résultats.

Pour ce qui est du troisième point, un accent a été mis sur les alliés naturels, les associations, les ONG, les groupements de citoyens, etc. Bref, ceux qui œuvrent également dans leur domaine en faveur du bien être des populations.

« Nous partageons avec certains de ces mouvements issus de la société civile la même vision. Et ceux-ci n’ont ni ambition, ni vocation de se présenter aux élections. Il n’y a donc pas concurrence avec le PDG. Au contraire, il y a complémentarité », a-t-il indiqué. C’est notamment le cas de l’AJEV qui est et restera toujours une association et uniquement une association.

Pour être clair et lever toute équivoque à ce sujet, « l’AJEV n’est pas un parti politique. L’AJEV ne présentera donc pas de candidats aux élections, ni aujourd’hui ni demain. Seul le PDG est habilité à le faire », a martelé Brice Laccruche Alihanga.

Voilà qui met définitivement un terme à toutes les spéculations et à tous les procès intentés contre l’un des plus importants relais de la politique sociale du Chef de l’État Gabonais au sujet de sa prétendue position. Elle était « ambiguë », selon certains, surtout à l’approche des prochaines consultations électorales.

LIRE AUSSI  Gabon : Brice Laccruche Alihanga braque ses projecteurs sur les défis d’Ali Bongo Ondimba

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Gabon : Brice Laccruche Alihanga explique la complémentarité entre le PDG et l’AJEV"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher