Sénégal : 500 Guinéens recherchés par la Police pour de faux documents

La police sénégalaise à la recherche des guinéensLa police sénégalaise à la recherche des guinéens

Ads

Partagez!

Les Guinéens sont très nombreux au Sénégal. Plusieurs d’entre eux confectionnent de faux documents sénégalais pour résider dans la capitale du pays. Compte tenu de tout cela, ils sont activement recherchés par les flics.

Certains Guinées ont obtenu des cartes nationale d’identité de manière illégale ; d’autres s’activent dans des faux documents sénégalais pour tromper  des Dakarois. Mais, il faut compter sur la vigilance du procureur de la République Serigne Bassirou Guèye qui, d’ailleurs a instruit les éléments de la sûreté urbaine de Dakar pour arrêter au plus vite ces faussaires guinéens.

Aujourd’hui, ils sont plus de 500 demandeurs guinéens recherchés. Des Sénégalais qui sont membres du réseau sont arrêtés par les éléments de la sûreté urbaine de Dakar. Les policiers ont retrouvé des copies de faux documents dans un domicile des faussaires au quartier Grand-Yoff de Dakar.

Ces guinéens sont très nombreux au Sénégal, parce que le Sénégal leur a tout a donné. Certains se considèrent même comme des sénégalais à part entière et non entièrement à part. Les ressortissants originaires de la République de Guinée sont les étrangers les plus nombreux installés au Sénégal. Ils constituent, avec l’émigration Burkinabé principalement vers la Côte d’Ivoire et le Ghana, l’une des plus importantes migrations d’Afrique de l’ouest.

Arrivés par vagues successives depuis la fin du XIX° siècle, principalement de la région du Fouta-Djalon, ils ont d’abord migré vers le monde rural sénégalais. Au début des années 1960 et durant la dictature d’Ahmed Sékou Touré, la migration s’est recentrée sur Dakar.

Les Guinéens ont alors investi le petit commerce et les activités de services inférieurs délaissés par les nationaux sénégalais. Depuis le début des années 1980, l’immigration guinéenne s’est transformée. De nombreux migrants se sont définitivement installés et une nouvelle génération de sénégalais d’origine guinéenne est apparue.

Les activités économiques se sont diversifiées et les pratiques spatiales des migrants se sont adaptées à un contexte urbain Dakarois en constante évolution. Malgré la fin de la dictature en Guinée et la persistance de la crise économique au Sénégal, les Guinéens continuent d’affluer vers la capitale sénégalaise. La vigueur de la circulation marchande et humaine entre les deux pays témoigne des liens persistant entre les deux espaces.

LIRE AUSSI  Sénégal : Depuis sa cellule, un détenu politique parle

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire