Gabon : Les étudiants déguerpis à l’ANGB comme des malpropres par la police

Ads

Partagez!

Les étudiants des universités et grandes écoles au Gabon ont été déguerpis comme des malpropres par les forces de police dépêchées sur le terrain.  La police a fait usage de bombes lacrymogènes et assourdissantes.

En allant faire le pied de gru au siège de l’Agence nationale des bourses et stages (ANBG) sis à Oloumi, les étudiants étaient loin d’imaginer qu’ils allaient subir la terreur comme la seule réponse du régime  à leurs revendications sociales posées sur sa table.

Pourtant,  ils ne demandent ni plus ni moins que le paiement de leurs bourses pour l’année 2020-2021.  Un droit qui leur a été accordé du fait de leurs résultats scolaires. A cette revendication se greffent, les lenteurs constatées par les commissions d’attribution des bourses pour les nouveaux bacheliers. 

Plusieurs parents dénoncent  l’incompétence des responsables de l’Agence nationale des bourses et stages. «  On ne comprend pas que les dossiers sont à ce jour bloqués alors que certains étudiants doivent poursuivre leurs études à l’extérieur. Plusieurs établissements ont déjà débuté l’année académique alors que les enfants qui ont obtenu une pré-inscription sont toujours bloqués ici…c’est à ne rien comprendre » dénonce un parent à Infosplusgabon.

LIRE aussi: Gabon : L’étudiant et le défi d’une formation de qualité

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Be the first to comment on "Gabon : Les étudiants déguerpis à l’ANGB comme des malpropres par la police"

Laisser un commentaire