Ce scandale faut-il le rappeler survient après que l’association tribale le Laakam ait adressé une correspondance au chef de l’État dans laquelle il faisait état de la colère des Bamiléké du fait de la marginalisation de ses ressortissants aux postes stratégiques dans le sérail. Pourtant le gouvernement actuel compte de nombreux ministre Bamiléké.

Avec la polémique de Dovv plusieurs observateurs pensent le grand groupe ethnique Bamiléké joue un jeu de dupe. Lui qui détient le pouvoir économique au Cameroun et qui est en quête de domination des autres groupes ethniques est le premier qui prône le tribalisme. Mais aussi lui le premier à se faire passer pour la victime. Il est toujours le premier à accuser les Fang et les Béti d’être tribaliste parce que Paul Biya est Béti.

Ceci montre que le tribalisme est un fait réel au Cameroun et un véritable danger pour l’unité, la paix et la stabilité du pays. Les institutions au Cameroun, qu’elles soient publiques ou privées, prennent systématiquement la couleur tribale de celui qui les incarne.

En rappel la localité de Baham se situe dans la région de l’Ouest Cameroun précisément dans le département des hauts-Plateaux. Les ressortissants de cette localité font partie du grand groupe ethnique appelé Bamiléké. Dans ce village on y retrouve de nombreux hommes d’affaire à l’instar du propriétaire de la Banque Afriland First Bank, Paul Fokam Kammogne, mais aussi de l’opposant Maurice Kamto.

LIRE AUSSI : Cameroun : Vodafone suspendu par le gouvernement