Centrafrique: Création d’une plateforme des groupes rebelles à Khartoum

Les-groupes-armés-en-CentrafriqueLes-groupes-armés-en-Centrafrique

Ads

Partagez!

Dénommée Rassemblement Centrafricain, cette plate-forme a été crée le 29 août au terme des discussions entre les Russes et les chefs rebelles. Le Rassemblement vise un rapprochement pacifique des ex-Séléka et anti-balaka en vue d’un dialogue.

Plusieurs chefs des groupes rebelles Centrafricains se sont retrouvés dernièrement  à Khartoum au Soudan . Nourredine Adam, Abdoulaye Hissene, Ali Daras, Maxime Mokom et Mahamat Al-Khatim faisaient parties des chefs rebelles ont pris part aux assises organisées par les Russes.

Que ce soit la rencontre de Khartoum ou celle de Bouar, les chefs rebelles ont signé une déclaration appelée « déclaration d’entente ». Cette déclaration vise un rapprochement pacifique des groupes rebelles de toutes les obédiences religieuses (Chrétiens et musulmans). La finalité étant le dialogue.

Les chefs rebelles ont également décidé de joindre leur initiative à celle de l’Union Africaine. Du côté de Bouar où se tenaient les discussions entre l’UA et 14 groupes rebelles, un accord a été également trouvé. Les différents groupes rebelles ont chacun formulé dans un dossier leurs revendications.

Certains Centrafricains sont inquiets du fait que le contenu des accords n’a pas dévoilé par les experts de l’UA. Ils estiment que les résolutions issues des initiatives russes à Khartoum et de l’UA à Bouar risquent de s’entrechoquer dans l’avenir.

LIRE AUSSI  Centrafrique : «Pas d’amnistie pour les groupes armés»

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire