Centrafrique : Les attentes des députés envers Guterres

Antonio Guterres en CentrafriqueAntonio Guterres en Centrafrique

Ads

Partagez!

Les parlementaires, par la voix du président de l’Assemblée nationale, ont demandé au secrétaire général de l’Onu plus d’engagement des forces onusiennes contre les groupes armés. Antonio Guterres a bouclé sa visite à Bangui vendredi.

Plus d’actes que des paroles, plus de concret, de réalisations que des promesses, c’est ce qu’attendent dorénavant les députés centrafricains, de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la Centrafrique.

Le président de l’Assemblée nationale de la Centrafrique, Abdoul Karim Meckassoua a exprimé ses vives préoccupations au Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Il souhaite que les troupes Onusiennes se mobilisent davantage contre les groupes rebelles. en claire que leur rôle soit plus actif que passif.

Soulignons que les casques bleus de la Minusca sont accusés par les Centrafricains de passivité dans le conflit qui sévit dans ce pays. Bien plus, ils sont soupçonnés d’être de connivence avec les groupes armés et d’être responsables de nombreuses exactions en particulier les abus sexuels.

Rappelons que plusieurs d’entre eux ont été renvoyés en juin pour des faits d’agressions sexuels. En dehors du président de la chambre basse du parlement centrafricain, George Anicet Dologuélé, ex-premier ministre et candidat malheureux à la dernière présidentielle centrafricaine à souhaité que la Minusca soit beaucoup plus offensive.

A cet effet, il a suggéré à Antonio Guterres que les troupes onusiennes interviennent dans les villes occupées par les rebelles pour les chasser comme ce fut le cas à Bambari en début de cette année et à Bocaranga au Nord-Ouest ce mois-ci.

En réponse, Antonio Guterres a une fois de plus plaidé pour le renforcement des moyens opérationnels et des capacités des troupes. Il a rassuré en disant qu’il y aura désormais une tolérance zéro pour les casques bleus accusés et reconnus coupables d’agression sexuelle.

Même si beaucoup des Centrafricains sont contre la Minusca, Antonio Guterres a renouvelé son soutien à cette force onusienne. Il a fait savoir que le mandat de la mission qui expire le 15 novembre prochain devra être renouvelé. Mais le patron de l’ONU a souhaité que l’armée Centrafricaine soit opérationnelle au terme du mandat de la Minusca.

LIRE AUSSI : Cameroun : Après une longue absence, Paul Biya est enfin de retour

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire