Centrafrique : Pour l’archevêque de Bangui, les anti-balaka sont des assassins

Le cardinal Dieudonné NzapalaingaLe cardinal Dieudonné Nzapalainga

Annonces

Partagez!

Dans un entretien accordé aux confrères Afrique-Asie, le Cardinal Dieudonné Nzapalainga dénonce les exactions de la milice chrétienne.

Le conflit centrafricain a une connotation confessionnelle. Chrétiens et musulmans se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des richesses du territoire depuis 2013. Ce conflit meurtri aux allures de génocide a déjà fait de milliers de victimes. Aujourd’hui, de nombreux efforts sont faits pour un retour à la paix et à la stabilité.

De ce fait, de nombreux dignitaires religieux de différentes obédiences se sont réunis pour sensibiliser les populations. Dans cet entretien, l’archevêque de Bangui dénonce les exactions des milices anti-balaka, majoritairement composées de chrétiens.

« Nous nous sommes toujours refusé de dire que les anti-balaka étaient des chrétiens. Ce sont des assassins, un point c’est tout », tranche-t-il. L’imam de Kobine abonde dans le même sens en dénonçant les exactions des séléka, majoritairement musulmans.

Pour lui, les Centrafricains ont été manipulés par les hommes politiques. « Désormais, lorsque l’on veut manipuler les gens, on leur fait croire qu’ils sont menacés dans leur pratique religieuse et dans leur foi » affirme-t-il. Pour un retour à la paix et à la stabilité, ces dignitaires religieux dont l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, l’imam de Kobine Abonde ainsi que le pasteur protestant Nicolas Guérékoyamé Gbangou ont créé une Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) pour unir les religions.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire