Gabon : Veolia n’est pas à son premier coup

La SEEG a polluéLa SEEG a pollué

Annonces

Partagez!

Les américains en savent quelque chose. Par le passé, l’entreprise française a fait l’objet des poursuites judiciaires américaines. Il était reproché à Veolia et une entreprise d’eau américaine, Lockwood, Andrews & Newnam (LAN) la négligence dans la gestion de la crise de l’eau dans la ville de Flint dans le Michigan en 2016.

Le mensonge a de courtes jambes dit-on souvent. L’imposture du  groupe français Veolia est progressivement mise à nue. Cette imposture ne date pas d’aujourd’hui car le Gabon n’est pas la première victime de cette entreprise. En voulant traîner l’État Gabonais dans la boue, les responsables de Veolia oublient les antécédents judiciaires que leur entreprise a eus aux États-Unis pour des faits similaires que leur reproche le pays d’Ali Bongo. Des faits qui montrent la partie sombre de cette entreprise.

En 2016, c’est la justice américaine qui en avait après Veolia précisément dans l’État du Michigan. Dans une affaire où la population de Flint a été exposée à des niveaux dangereusement élevés de plomb dans l’eau potable. Selon l’agence Reuters qui avait donné l’information en citant le ministre de la Justice du Michigan, Bill Schuette, Veolia qui a laissé la contamination se poursuivre et empirer, était accusé de négligence professionnelle et de fraude.

Veolia avait fait preuve d’une extrême négligence et légèreté dans la mission qui lui était confiée. La ville de Flint ayant décidé d’assurer son autonomie en eau potable, pour ne plus dépendre de Détroit, va se ravitailler dans sa rivière. Seulement, il va s’avérer que l’eau de la rivière de Flint disposait d’éléments extrêmement toxiques notamment du plomb, dangereux pour les populations. Ceci va d’ailleurs détériorer toutes les canalisations du réseau de distribution.

Pour résoudre le problème et rendre son eau potable, Flint fait appel à Veolia dont l’expertise n’est plus à démontrer. Selon les explications du service « Relations Presse du Groupe Veolia », l’intervention de Veolia via sa filiale Veolia Water North America Operating Services (VWNAOS) s’est limitée à la réalisation d’une étude ponctuelle d’une durée de quatre semaines sur les effets résiduels du processus de chloration, et sur les problèmes rencontrés au niveau de la coloration, du goût et de l’odeur de l’eau.

Seulement, les choses ne se sont pas passé comme il faut. « A Flint, Veolia et LAN ont été choisis pour effectuer un travail et ils ont lamentablement échoué. Leurs recommandations frauduleuses et dangereuses ont aggravé une situation qui était déjà mauvaise », avait confié Bill Schuette à l’époque à la presse américaine.

Chargé en février 2015 de vérifier la qualité de l’eau potable, Veolia avait, selon le ministre de la justice de Michigan, « affirmé dans au moins un rapport et lors d’une présentation publique que l’eau était sûre alors qu’il savait que ce n’était pas vrai ».

Conséquences, les habitants de Flint vont continuer à se plaindre de la couleur et du goût de l’eau, souffrir de vomissements et d’éruptions cutanées. Le 21 juin, le procureur général de l’État du Michigan engage des poursuites contre Veolia l’accusant de négligence et de fraude. Veolia ne baissera pas les bras, puisque la société s’est défendu en parlant « d’allégation injustifiées ».

Actuellement, Veolia se retrouve dans une autre situation conflictuelle cette fois-ci avec l’État du Gabon, via sa filiale Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG). Le gouvernement gabonais accuse la SEEG d’avoir pollué l’environnement. Les accusations que le groupe Veolia rejette en mettant en avant les différents audits réalisés régulièrement.

Mais, ce qu’il faut retenir est que Veolia pense beaucoup à ses intérêts en laissant la clientèle derrière. Les Gabonais en avaient déjà marre de la SEEG qui les a spoliés depuis 20 ans. Plusieurs de leurs recours à la suite des coupures d’électricité ou d’eau sont restées sans suite. Il est d’ailleurs temps pour le gouvernement Gabonais de suivre l’exemple du Cameroun qui, après 10 années de concession à un consortium Marocain, a décidé de reprendre le contrôle de la production et de  la distribution d’eau potable.

LIRE AUSSI  Gabon : Le gouvernement déshabille la SEEG-Veolia

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Destin Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Laisser un commentaire